LO CAN DE NHARRON Contès de la Vielha França, Joan Carcin-Juli Cubaynes

, par Claude Vertut

LO CAN DE NHARRON
Contès de la Vielha França,
Joan Carcin-Juli Cubaynes

Fasiai refar l’ostal. Aviai ganhada ma maire à fugir lo bruch e la posca. Demorava à la vila, à très kilomètres. L’anavi veire cada jorn, un còp acabat lo trabal, e tornavi qu’èra tard.
Aviai pas paur : aviai mon baston contra los larzaires (*), e pèi, cresètz-me, i a pas res.
Un ser, tornavi à mèja-nèch. Fasiá luna ; i se vesiá coma l’jorn.
Seguiai, per èstre pus lèu remés, lo camin cave d’Antissac e arribèri à la font de Nharron. Nharron es un brave ôme qu’escanèron, una nèch, à-n aquel endrech, n’a plan temps. Dison qu’i tòrna, de vegadas, mas l’ai pas jamai vist.
Arribèri donc à la font de Nharron. La luna passava entremèch los olmes e fasiâ .á lusir l’aiga. Costa l’aiga, i aviá un fèrt canhàs tot blanc. N’aviai pas jamai vist cap de tant bèl e de tant blanc.-Lo can m’agachava sens se bolegar. Creguèri qu’èra un can-fòl e m’arrestèri per jogar del baston, s’aviá calgut.
Mas lo can se botèt à rebordelar tot siaud, à la luna, e s’arrasèt de ieu tot polidament, coma quand son contents los cans.
Comprenguèri : èra un can perdut, qu’aviá paur, e s’agradava de trobar un òme. I alisèri lo cap : la borra èra sedosa mas plan frecha — cal dire qu’èrem à fin d’octòbre e que las nèches èran pas caudas. Aviai pas paur del can, ni de Nharron ; me cal dire, praquò, que coneissiai pas aquel canhàs e qu’à-n aquel moment pensavi à Nharron.
Passèri e cresi que correguèri un bocin pus viste. Lo can me seguiá. Me reviri : pst, alop ! Lo can s’arrèsta e se bolèga pas. Tòrni corre ; galòpi : galòpa, de contun à dètz passes de ieu.
Amassi una seuza (2), l’afusti e tiri. Las seuzas pòrtan juste, mas sembla que fan un bruch mate, coma se tustávan sus un sac de lana : lo can se bolèga pas. Era pas un can coma los autres, parament.
Bat ! me pensèri, daissem-lo far. E me n’ anguèri. Lo can blanc passèt lo riu, en sautant de sus una pèira sus l’autra, coma ieu ; pèi, quand foguèri dintrat aici, s’ajassèt sus la porta.
L’endeman matin, l’i trobèri. Era privat, japava pas, á d’èls qu’èra una piétat quand vos agachàvan, coma lus d’un òme malurós ; fa que lo gardèri.
Los obriers i trobávan un biais estrang ; « es pas un can d’arpraici », disian. leu tant-ben i trobavi un aire estrang. " . Me senmblava talament maluròs que lo gardèri. E, rai d’aquò, èra polit e, per ço que costava ! Manjava pas gaire ! ben ’res !
Aviâ un biais de m’agachar dins los èls que me fasiá pas plaser ; mas èra bè\, fort, tot blanc, e io gardèri. Un mes passèt. Un ser, lo can japèt pél primier còp, quand foguèri al lèch. Gingolava de la migra qu’aviá. Mas sabiai que los cans útan a la luna, e me levèri pas.-" L’endeman, lo can aviá avalit. Ne trobèri pas fèr ni fum (3). Degun l’aviá pas vist e n’ai plus ajudas de novèlas.
Ai totjorn cregut qu’èra Nharron que tornava e que me voliá quioòm. Es per aquò que n’ai jamai volgut aver de can.

1. rôdeur ; 2. caillou ; 3. ni trace ni piste.

Traduction : David Lacam

Le chien de Nharron
Je faisais refaire la maison, J’avais persuadé ma mère de fuir le bruit et la poussière.elle s’est installée à la ville , à trois kilomètres.J’allais la voir chaques jours, une fois mon travail terminé, et je rentrais tard.
Je n’avais pas peur, j’avais mon bâton, contre les rôdeurs, et puis, croyez moi, il n’y avait personne.
Un soir , je revenais vers minuit.la lune brillait, on y voyait comme en plein jour.
Je suivais, pour être plus vite rentré le chemin (creux) d’antissacet j’arrivais a la fontaine de Nharron.
Nharron était un brave homme qui fut tué, une nuit , a cet endroit, il y a longtemps.Il se ditqu’il revient à cet endroit.....mais je ne l’ai jamais vu.J’arrivais donc a la fontaine de Nharron.La lunepassait entre les (olnes)et faisait briller l’eau de la fontaine.
A côté de la fontaine, se tenait un grand chien tout blanc, je n’en avais jamais vuni de si grand, ni de si blanc.
Le chien me regardait sans bouger j’ai cru à un chien fou, je me suis arrêté, pour jouer du bâton si il avait fallu.
Mais le chien se mit a sauteren tout sens , tout seul, a la lune, et il s’approcha de moi, tout gentiment, comme quand ils sont content les chiens.
je compris, c’était un chien perdu, qui avait peur, et qui était content de rencontrer quelqu’un.je lui ai caressé la tête, le poil était soyeux, mais très froid, il faut dire que nous étions fin Octobre et que les nuits étaient pas chaudes.Je n’avais pas peur du chien, ni de Nharron.
Je dois dire quand même que je ne connaissais pas ce chien,( ni pourquoi a ce moment je pensai a Nharron) ?
Je suis passé, et je crois que j’ai couru un peu plus vite, le chien me suivait, je me retourne, psst...au loup...le chien s’arrêta et ne bougea plus ?je me remet a courir, même à galoper, il galope aussi, a dix pas derrière moi.
Je ramasse un caillou, je le vise, et je lance, le coup arriva juste, il m’a semblé entendre un bruit mat, comme lorsque l’on tape sur un sac de laine, le chien ne bougea pas, Ce n’était pas un chien comme les autres apparement.
Bah, , me dis je ,laissons le faire et je m’en allais.
Le chien blanc passa le ruisseau, en sautant d’une pierre sur l’autre, comme moi, puis, quand je fus rentré ici, il s’assit sur le pas de laporte.
Le lendemain matin je le lui ai trouvé, il était silencieux, il n’ aboyait pas, il avait un regard si triste, comme celui d’un homme malheureux.ce qui fit que je l’ai gardé.
Les ouvriers lui trouvèrent un air étrange, , ce n’est pas un chien (d’ici),moi aussi, a part ca , il était joli, et pour ce qu’il coûtait, il ne mangeait pas grand choses...rien même..Il avait une façon de me regarder dans les yeux, qui ne me faisait pas plaisir, mais il était grand, fort, blanc, et je l’ai gardé..
Un mois passa, un soir, le chien jappa pour la première fois, alors que j’étais au lit..
il couinait du chagrin qu’il avait, je savais que les chiens hurlaient a la lune, je ne me suis pas levé..
Le lendemain le chien avait disparu, je n’ai trouvé ni trace , ni piste.Personne ne l’avait vu, ni ne m’en a donné de nouvelles.J’ai toujours cru que c’était Nharron qui revenait et qui me voulait quelque chose, C’est pour cela que je n’ai jamais voulu avoir de chien.