Las Quatre Candèlas : contat del costat de Teyssio Òlt

, par Claude Vertut

Las Quatre Candèlas.
(Revirada per lo Claudi de Vertut d’aprèp un conte extrach de « Contes et Légendes Populaires de Guyenne. »

Un ser una vièlha femna dintrava al sèu ostal. Fasiá negra nèch, tot d’un còp apercebèt quatre candelas que pausadas al pè d’un aubre esclairavan tota la rota. La vièlha femna ajèt paur, correguèt al primièr ostal e atropelèt lo brave monde que dormissián jà coma de socas. La seguèron e elses tanben e vejèron las candelas. Escalavan un castanhièr. Pèi dessapareguèron e sortiguèron dejos d’un pont ; aprèp escalèron un pibol pla vèrd. A aquel moment lo brave monde e la vièlha femna se botèron a cridar. Las quatre candelas s’escantiguèron. Mas se tornèron alucar subitament e lor corriguèron aprèp. Lo monde tornèron vistament a l’ostal e barrèron la pòrta sus la nèch. Dempèi alèra jamai pus se vejèron las quatre candelas.

Version française extraite de :
« Contes et Légendes Populaires de Guyenne. »

LES QUATRE CHANDELLES

Un soir, une vieille femme (1) rentrait chez elle. Il faisait nui extraite de : t noire. Soudain, elle aperçut quatre chandelles qui, posées au pied d’un arbre » éclairaient toute la route.
La vieille femme eut peur. Elle courut à la première maison et ameuta les braves gens qui dormaient déjà à poings fermés. Ils la suivirent et, eux aussi, virent les chandelles. Elles grimpaient à un châtaignier. Puis elles disparurent et sortirent de dessous un pont ; ensuite, elles montèrent après un peuplier bien vert.
A ce moment, les bonnes gens et la vieille femme se mirent à crier. Les quatre chandelles s’éteignirent.
Mais elles se rallumèrent brusquement et leur coururent après. Ils rentrèrent précipitamment chez eux et refermèrent la porte sur la nuit.
Depuis lors, on ne vit jamais plus les quatre chandelles mystérieuses.

(1) Raconté à Labathude (Lot).
Le conteur dit que c’était sa grand’mère, du Moulin