Joan de la Luna

, par Claude Vertut

Joan de la Luna
- [ ] (Revirada del Claudi de Vertut d’aprèp un conte reculhit al Mas de Dagnes, a Lunagarda
- [ ] pel Joan de Molinièr, Révista Aluta 48)

De còps a Lunagarda li aviá l’albièra de la Luna rossa que virava al desastre. Totes los borrons de la vinha èran cramats. Un sèr los vinharons se reuniguèron per parlar de la faiçon de prevenguer aquèla catastròfa. Los vesins racontavant per gelosiá provablament que aquèl monde n’èran pas dels pus

Joan de la Luna
- [ ] (Revirada del Claudi de Vertut d’aprèp un conte reculhit al Mas de Dagnes, a Lunagarda
- [ ] pel Joan de Molinièr, Révista Aluta 48)

De còps a Lunagarda i aviá l’albièra de la Luna rossa que virava al desastre. Totes los borrons de la vinha èran cramats. Un sèr los vinharons se reuniguèron per parlar del biais de prevenguer aquèla catastròfa. Los vesins racontavan per gelosiá probablament qu’aquèl monde èran pas dels pus inteligents e que podián pas dire quane jorn tombava Nadal.
Entre elses n’i aviá un, que las idéas li venián totas solas. E d’aquèl ne faguèron un çònse. E el dins d’aquel pais de cocanha, governava coma un tropèl d’ases, aquèl monde, de bonas bestisas.
Doncas un dimenge la comuna esperava de son cònse las instrucions per s’aparar d’aquèl malastre, èran aqui jos l’òlm, per pichons gropes
, discutavan e s’interpelavan :
- Sètz plan d’accòrdi qu’es la Luna qu’es causa de l’albièra. La cal suprimir.
- Òc, de segur, aquò’s la Luna mas cossi la suprimir ?
- E quane trabalh anam aver diguèt un autre.
En cercant se diu poder la descrocar d’amont. Tenetz, deman, a la mèma ora, venètz totes aici e que cadun porte sas semals. Degun imaginava çò que lo cōnse volià far amb las semals per empachar la luna de portar tòrt. Mas aviá confiensa perçò que èran bons coma de pan e bestias coma un centenal d’ases. Lo lendeman aportèron lors descas. Tota la plaça èra plena. E la Luna apareguèt pus redonda que la velha dns un cèl tot estelat, una Luna facha per acabar de rosir totes los borons. Lo cònse donèt los òrdres. Lo garda comunal, un vielh sacripant, pus leste qu’un esquiròl, pausèt la primièra desca al mièg de la plaça ; una autre per dessus, una autre, una autra encarta...
La torre d’aquelas descas montava totjorn. Gara èra pus nauta que los ostals, pus nauta que lo cloquièr. E lo garda comunal lançat dins sa volteja la coifèt encara d’una desca novèla.

Les Contes populaires du Quercy
Jean de la lune
A Lunegarde, on raconte l’histoire sous une autre forme.
Il y avait à Lunegarde, certaines années, les gelées de la lune rousse qui tournaient au désastre. Tous les bourgeons de la vigne étaient brûlée. Un soir les vignerons se réunirent sur la place pour discuter la façon de prévenir cette catastrophe. Les voisins racontaient par jalousie probablement — que ces gens n’étaient pas des plus intelligents et qu’ils ne pouvaient dire en quel jour tombait Noël.
Parmi eux, il y en avait un dont les idées lui venaient toutes seules. Et de celui-là on en fit le maire. Et lui, en ce pays de cocagne, gouvernait comme un troupeau de baudets ces gens de bonnes sottises.
Donc, un dimanche, la commune attendait de son maire les instructions pour parer à ce désastre, ils étaient làsous’ l’ormeau, par petits groupes, discutant et s’interpellant :
- Vous êtes bien d’accord que c’est la lune qui est cause des gelées. Il faut la supprimer.
- Oui, bien sur, c’est la lune ; mai scomment la supprimer ?
- Et quel travail cela va nous donner ! fit un autre.
- En cherchant, fit le maire, on doit pouvoir la décrocher de la-haut. Tenez, demain à la même heure, venez tous ici et que chacun apporte ses comportes.
Personne n’imaginait ce que le maire Douvait faire avec les comportes pour empêcher la lune de nuire. Mais ils avaient confiance parce qu’ils étaient bons comme le pain, mais bêtes comme une centaine d’ânes. Le lendemain, ils apportèrent leurs comportes. Toute la place en était pleine.
Et la lune parut, plus ronde que la veille, dans un ciel plein d’étoiles, une lune faite pour achever de roussir les bourgeons !
Le maire donna ses ordres. Le garde-champêtre, un vieux sacripant plus leste qu’un écureuil, posa une première comporte au milieu de la place ; une autre par dessus, une autre, une autre encore...
La tour de ces comportes montait toujours. Maintenant elle était plus haute que les maisons, plus haute que le clocher. Et le garde-champêtre, lancé dans sa voltige, la coiffait encore d’une comporte nouvelle.

Jean MOULINIER.
(à suivre)

(1) Conte recueilli au hameau de Dagnes, à Lunegarde.