Le petit oiseau blanc (conte charentais) :

, par Claude Vertut

L’aucèl blanc pichon : (conte charentès)
Un còp, èra un òme e la femna qu’aviáun dos dròlles, una filha ainada e un pichon. Se disiá que l’òme un ògre èra, que li caliá totjorn pus de carn fresca, e batiá la femna que ne portava pas pro. E, un jorn qu’aviá pas res trobat, la paurèta tuèt so dròlle. Mentretant, la filhòta se passejava dins lo bòsc, qu’i encontrèt una bèla dòna tota vestida de blanc. « Te, diguèt la dòna, te vaqui una servieta ; quand ton paire minjarà aiceste sèr, prendras los òsses dins la servieta e me los tornaràs ». Aital faguèt la dròlla.
Pauc de temps aprèp, arriba un aucèlet tot blanc, que canta a la pòrta : »Ma maire me tuèt, mon paire me minjèt, ma sòrre me prenguèt, la dòna blanca me salvèt e soi vengut pichon aucèl blanc. » Per segur lo paire questionèt : »qu’es aquel aucèl que canta com’aquò p ? » « Ièu vòli pas sortir, diguèt la femna, te cal anar vèire. » Duèrp la pòrta, quicòm li tomba sul cap, es mòrt !
Pauc de temps aprèp, se’n torna l’aucèl, que canta totjorn la quite cançon : »Ma maire me tuèt… » « Te cal sortir »la filha ditz ; z-ò fa e tomba mòrta tanben, aprèp aver recebut quicòm sul cap ! Demorèt sola la filha, mas venguda granda ausiguèt l’aucèl pichon, que cantava encara la canson : « ma maire me tuèt… » Sortiguèt, e la bèstiòta li diguèt : »Sabes, ma sòrre,quand moriràs, me vendràs vèire al Paradis ; i soi, e i soi plan ben ! »

Le petit oiseau blanc (conte charentais) :
Il y avait une fois un homme et sa femme, qui avaient deux enfants, une fille ainée et un petit. Il se disait que l’homme était un ogre, qu’il lui fallait toujours plus de chair fraîche, et il battait sa femme quand elle ne lui en amenait pas assez. Et, un jour qu’elle n’avait rien trouvé, la pauvresse tua son petit. Pendant ce temps, la fillette se promenait dans la forêt, où elle rencontra une belle dame toute vêtue de blanc. « Tiens, lui dit celle-ci, voilà une serviette ; quand ton père mangera ce soir, tu prendras les os dans la serviette et tu me mes apporteras ». Ainsi fit la fillette.
Peu de temps après, arrive un petit oiseau tout blanc, qui chante à la porte : » Ma mère m’a tué, mon père m’a mangé, ma sœur m’a pris, la dame blanche m’a sauvé et je suis devenu un petit oiseau blanc. » Bien sur, le père demanda : »Qu’est-ce que cet oiseau qui chante comme ça ? » « Moi, je ne veux pas sortir, dit sa femme, va voir. » Il ouvre la porte, quelque chose lui tombe sur la tête, il est mort !
Peu de temps après, l’oiseau revient, qui chante toujours la même chanson : »Ma mère m’a tué… » « Il te faut sortir » dit la fille ; elle y va et tombe morte aussi, après avoir reçu quelque chose sur le crâne !
La fille vécut seule, mais une fois devenue grande elle entendit le petit oiseau, qui chantait encore la chanson : »Ma mère m’a tué… » Elle sortit et la petite bête lui dit : « tu sais, ma sœur, quand tu mourras, tu viendras me voir au Paradis, j’y suis, et j’y suis très bien ! »