Va plan ? Adièu, va plan ?...

, par Marc Lagaly

Va plan ?
- Adièu, va plan ? -es pas tarrible, figura-te que… — -Arrèsta-te, te disi que vas passar l’òsca - ??? Te disi, com’aquò, « va plan ? », e tu, en luòc de me respondre « va plan », t’arrèstas e començas a contar la teuna vida… — -Vòli solament respondre a ta question, òc-ben. –t’ai pas posat de question, te diguèri « va plan ? », coma auriái dich « bonjorn » ; es pas pena de contar ta vida, lo monde tot a sas pichonas misèrias, de que los autres se’n trufaun coma de l’alcòran. -E ben, es pas tròp aimable uèi, te’n fotas de mas misèrias ? —S’èra grèu, non, mas per aprene qu’as las morenas o qu’ avanças dins los jorns, fetibomen, me’n trufi. –E ièu que cresiái qu’èras un amic… -justament, los amics son d’aqui per dire la vertat. Anèm, bona jornada e porta-te-plan !

Ça va ?
- Adieu, ça va ? -c’est pas terrible, figure-toi que… -arrête, tu vas exagérer - ??? -je te dis, comme ça, « çà va ? », et toi, au lieu de me répondre « çà va bien », tu t’arrêtes et tu commences à raconter ta vie… -je voulais seulement répondre à ta question, ok. –je ne t’ai pas posé de question, je t’ai dit « ça va ? », comme j’aurais dit « bonjour » ; ce n’est pas la peine de raconter ta vie, tout le monde a ses petites misères, dont les autres se moquent comme de l’an quarante. –Eh bien, tu n’es pas trop aimable, toi, tu t’en fiches de mes misères ? -si c’était grave, non, mais pour apprendre que tu as des hémorroïdes ou que tu vieillis, effectivement, je m’en fiche. –Et moi qui croyais que tu étais un ami…. –justement, les amis sont là pour dire la vérité. Allez, bonne journée et porte-toi bien !