Parabòla - Parabole par Joel A.Simon

, par Marc Lagaly

Parabòla :

Un buòu marchava pesugament dins lo vent e la nèu, sus un camin conglaçat. Un aucèl, gaireben mòrt de frèg e de fam, se venguèt ablacar entre las patas de la gròssa bèstia, que, non solament l’espotiguèt pas, mas l’acaptèt d’una bosa cauda e onchosa.
L’aucèl, alberga trobada, reviscolèt, e cantèt.
Un lop mòrt de fam que passava, ausiguèt l’aucèl. Passèt la gola dins la bosa, e ne sortiguèt l’aucèl, que croquèt.
Dins aicesta faula, son tres moralitats : d’en primièr, los que vos meton dins la mèrda son pas totjorn los enemics vòstres ; d’en segond, los que vos’n sòrton son pas forçadament vòstre amics ; e la darrièra, quand sètz dins la fanha, cal pas cantar !

Parabole :

Un bœuf marchait pesamment dans le vent et la neige, sur une route verglacée. Un oiseau, presque mort de froid et de faim, vint s’abattre entre les pattes de la grosse bête, qui, non seulement ne l’écrasa pas, mais le recouvrit d’une bouse chaude et onctueuse.
L’oiseau, ayant trouvé gîte et couvert, revint à la vie, et se mit à chanter.
Un loup affamé qui passait, entendit l’oiseau. Il mit sa gueule dans la bouse, et retira l’oiseau, qu’il croqua.
Il y a 3 moralités à cette parabole : la première, c’est que ceux qui vous mettent dans la merde ne sont pas toujours vos ennemis ; la deuxième, c’est que ceux qui vous en retirent ne sont pas nécessairement vos amis ; et la troisième, c’est que lorsqu’on est dans la fange, on n’a pas intérêt à chanter !