Lo berret

, par Marc Lagaly

Lo berret :

Bèl còp i a, èra un brave curat, del costat de Pèch l’Avesque, que vos fasiá de sermons plan coma cal, que tirava, gaireben cada jorn, d’armas damnadas de l’infèrn…brèu, un curat de primièra borra, e digun non foguèt susprès d’ausir qu’èra nomenat canonge. Tre la novèla coneguda, lo mond tot se’n anèt a la caminada pel benastrugar, emai lo cantonièr, lo Joanon, anti-clerical de primièra, mas qu’aimava plan lo curat.
« Grandmercé per ta visita li diguèt lo prèire, daissa-me te balhar la benediccion ». « òc-ben respondèt Joanon, mas es ben perque es vos ».
Lo Joanon se genolhèt, lo berret sul cap. « Me’n vau te pausar las mans sul cap, mon amic, per respect, te caldriá tirar lo berret ».
Pr’amor d’una reaccion anti-clericala, o per un reviscolatge religiós lo Joanon mudèt pas…
« Se i a un bon Dièu, cresètz donc que lo vòstre Dièu-s’o vòl non passarà dins ièu a travès lo berret ? »
Res a dire ! E lo canonge lo benesiguèt.

Le béret :
Il y a longtemps, il y avait un brave curé, du côté de Puy-l’Evêque, qui vous faisait des sermons superbes, qui sortait, presque chaque jour, des âmes damnées de l’enfer…bref, un curé de première force, er personne ne fut surpris d’apprendre qu’il était nommé chanoine. Dès que la nouvelle fut connue, tout le monde alla au presbytère pour le féliciter, et même Jeannot le cantonnier, un anti-clérical comme on n’en fait plus, mais qui aimait bien le curé.
« Je te remercie de ta visite lui dit le prêtre, laisse-moi te donner ma bénédiction ». « Oui répondit Jeannot, mais c’est bien parce que c’est vous ».
Jeannot s’agenouilla, le béret sur la tête. « Je vais te poser mes mains sur ta tête, mon ami, par respect, il te faudrait enlever ton béret ».
Soit par une réaction anti-cléricale, ou par un souvenir religieux, Jeannot ne bougea pas… « S’il y a un bon Dieu, vous ne croyez donc pas que votre Dieu ne passera pas en moi à travers mon béret ? »
Rien à dire ! Et le chanoine le bénit.