Les brèves des aïeules - Las cortètas de las Grandas

, par Marc Lagaly

Las cortètas de las Grandas :

Lo chòt banut :

Era un cassaire de primièra, lo regent de l’escòla de Pela coï, e, un jorn , quand un aucelon se pausèt al cap d’una platana de la cort, lo regent anèt vistament quèrre lo fusilh, tirèt, e un polit chòt banut se venguèt tombar al mièg de la cort. Sul còp, lo director nos faguèt una brava leiçon suls de nuèit.

Lo còfre fòrt del Grand :

Lo Grand m’amenava a la caça, de còp, del costat de Murcens. Cada còp que se vesiá una bèstia salvatge, lo Grand espatlava, afustava e…tirava pas ! Me disiá qu’èra tròp luenh, o tròp prèst : »tròp al ras, l’auriái mes en mila troces ». A caduna salida, èra la quite causa : espatlar, afustar e tirar pas. I compreniái pas brica. Mas, un jorn qu’èra al mercat del vilatge, prenguèri una cadièra e trapèri lo fusil , lo dobriguèri, e, aquò, la catastròfa ! òc-ben, la catastròfa ! De rondèlas dauradas s’arrestavaun pas de tombar dels dos canons…Eron loïs d’aur, las economias del Grand, e lo fusil son còfre fòrt, son escondalha !

Les brèves des aïeules :

Le petit duc :

Le maître d’école de Pelacoy était un grand chasseur, et, un jour, quand un petit oiseau de posa au sommet d’un platane de la cour, il alla rapidement chercher son fusil, tira, et un joli petit duc s’abattit au milieu de la cour. Sur le champ, l’instituteur nous fit une leçon de choses sur les oiseaux de nuit.

Le coffre-fort de mon grand-père :

Parfois, mon grand-père m’amenait à la chasse, du côté de Murcens. Chaque fois que l’on voyait du gibier, le grand-père épaulait, visait er…ne tirait pas ! Il me disait que c’était trop loin, ou trop prêt : »trop prêt, je l’aurais mis en mille morceaux ». A chaque sortie, c’était la même chose : épauler, viser et ne pas tirer ! Je n’y comprenais rien. Mais, un jour qu’il était allé au marché du village, je pris une chaise et attrapais le fusil, l’ouvris, et, là, la catastrophe ! Oui, la catastrophe ! des rondelles dorées n’arrêtaient pas de tomber des deux canons…c’était des louis d’or, les économies du grand-père, et le fusil son coffre-fort, sa cachette !