Le pont Valentré, un peu d’étymologie par Joël A. Simon

, par Marc Lagaly

Lo pont « Valentré », un pauc d’etimològia  :

Lo nom del pont plan conegut de Caurs a diversas originas ; ne vaqui doas :

Se pensam coma l’abat Cadièrguàs, « lo pont « Valentré » (qu’a pas cap de sens) s’apela, en occitan, lo pont « d’el bolondre », es a dire, « le pont de la salamandre », « bolondre » es aicesta bèstia ; aital lo bolondre desinna la bèstia del cap de la pila del pont, que vòl representar lo diable. Los aujòls meus (nos ditz l’abat) m’espliquèron aital, e cresi qu’es lo sentit vertadièr.
Se pensam coma lo Paul Escale, dins son libre : « Recherches et observations sur le patois du Quercy »-Caurs-1923, en carcinòl se ditz « pont de las balandres »(pron : bolondre), e balandras es coma lo mot francès « balandre », que vend del latin « palandaria », que mercava, un còp èra, una mena de barca pel transpòrt de passatgièrs e de mèrças, es a dire un « bac ». Sabèm (cf lo Te Igitur) qu’abans lo pont i aviá aqui un pòrt que s’apelava « pòrt de las balandras », ont se pausavan las barcas que navegavan entre las doas rivas d’Olt.
Lo pont prenguèt lo nom del pòrt que remplacèt.

Le pont Valentré, un peu d’étymologie :

Le nom de ce pont cadurcien très connu a diverses origines ; en voici deux :
Selon l’abbé Cadiergues, le pont Valentré (nom qui n’a pas de sens) s’appelle, en occitan, pont du « bolondre », c’est-à-dire, pont de la salamandre, « bolondre » étant cet animal ; ainsi le bolondre désigne la bête du sommet de la pile du pont, qui est censée représenter le diable. Mes ancêtres (nous dit l’abbé) me l’expliquèrent ainsi, et je crois que c’est le vrai sens.
Selon Paul Escale, dans son livre : « recherches et observations sur le patois du Quercy »-Cahors-1923, en quercynois on dit « pont des balandres » (pron. Bolondre), et balandras est comme le français « balandre », qui vient du latin « palandaria », qui désignait autrefois une sorte de barque pour le transport des passagers et des marchandises, i.e un « bac ». Nous savons (cf le Te Igitur) qu’avant le pont il y avait là un port qui s’appelait « port des balandres », où accostaient les barques qui naviguaient entre les deux rives du Lot. Le pont prit le nom du port qu’il remplaça.