Le bouilleur de cru par Joel A. Simon

, par Marc Lagaly

Lo nholaire (ò nhaulaire, ò nholator ?) :
Pels aujòls, l’aigardent (ò nhòla, ò nhaula, ò aiga de vida) passava per aver proprietats fachilièras : « perlonga la santat, caça las umors de tròp, reviscola lo còr, garda la jovença… »Dusc’al sègle XV, las nhòlas passavaun per aver vertuts terapeuticas.. Dusqu’en 1514, lor fabrica èra reservada als apoticaris, qu’èron pensadas coma medicaments…sustot chas los nòbles, que n’èra pas de bevenda usuala. Ambròsi Pare, que foguèt lo cirurgian de quatre reies, se’n servissiá al sègle XVIen per sonhar los malauts.
Lo Carles-lo-marrit, rei de Navarra, se fasiá fregar d’un linçòl embeutat de nhòla.
Catarina de Medicis, maire de detz mainatges, se servissiá, tanben, de l’ »aiga d’aur ».
A l’ora d’uèi, la nhòla, pus especialament, la pruna carcinòla, es recomandada pels que volon viure plan vièlh !

Le bouilleur de cru :
Pour nos ancêtres, l’eau-de-vie ou gnôle passait pour avoir des propriétés magiques : « elle prolonge la santé, elle chasse les humeurs en trop, elle ranime le cœur, elle garde la jeunesse… » Jusqu’au 15è siècle, les gnôles étaient censées avoir des vertus thérapeutiques… Jusqu’en 1514,leur élaboration étaient réservées aux apothicaires, car elles étaient considérées comme des médicaments…surtout dans la noblesse, car ce n’était pas de la boisson courante. Ambroise Paré, qui fut le chirurgien de quatre rois, s’en servait, au 16è siècle, pour soigner les malades.
Charles-le-mauvais, roi de Navarre, se faisait frictionner avec un drap imbibé de gnôle.
Catherine de Médicis, mère de dix enfants, se servait aussi de l’ »eau d’or ».
Aujourd’hui, la gnôle, et plus spécialement, la prune du Quercy, est recommandée à tous ceux qui veulent vivre longtemps !