Saint-Jean-le-Froid par François Nardou

, par Marc Lagaly

Légende de Saint-Jean-le-froid par François-Xavier Nardou

Telle que transmise par feue Berthe Laporte, de Montcuq, née au Lieu-dit « Les Guignes-Basses » (Occ : Las Guinhas Bàyssas) Combe del Càyrel en un Oustal déjà cité vers 1450 comme celui de Guilhèm Càyre. Combe suivie par l’actuelle route Montcuq >> Le Boulvé >>Puy-L’Evêque. [graphie officielle Institut d’Etudes Occitanes]

Acô se foguèt quora una tarripla secada avià sarrat dins lo prigond de la terra las totas fons, los totis potzes e los totes rîus del pàys. Non rajaba res d’ayga, pas quitament pàuca. Lo Monde de la terra non podiàn pus mày far béure lo lor bestial. Lo tot pàys que s’anaba morir e acabar. Era la Fin Finàla del Mond.
Los pacàns de las Cabanas eran monde que viviàn empegats dins los peccats. Era acô, los peccats dels Cabanencs, que avian fach venir aquela secada calorenca de môrt.
Sanch Joàn, èl que venià trespadar e caminejar per los nôstres camins e pàys, per lo temps may vielhs que lo de Nôstre Sénher, que non pôdi pas saber quù era aquel Sànch Joàn, era Sànch Joàn...
Venguèt per aqui e se volguèt ensenhar la vertadiera Fé al Monde d’aqui.
Los faguèt venir Crestiàns e los baptejèt bénléu, per son biàis de batejar, que me diguèron que era lo séune, fasià banhar lo monde cat jorn la lora tota vida vidànta per fins que se lavessen de los lors peccats, se pôt bén benlèu que acô era pas del catatisme que me’n assabenteron quànd eri jova e drotleta, acô ba sabi pas... Dîzon que aquel Sànch Joàn los ensenhèt l’Entendença del Bén al monde de la Terra...
Aquel Sànch Joàn, él que era coma un pastre, un pastor d’auelhas e de cabras, tenià un pal de fusta per mestrejar e guiar lo bestial per los termes.
Se botèt Cap-Mestre del Monde de Las Cabanas e los faguèt venir a n’aquella combela, daban aquel rocàs que vesetz ara amb aquela càuna, aquela espelugueta.
D’aquel temps que vos parli z’y avià pas cat de càuna ni de fons, ni d’ayga, lo Rocàs qu’era sol solet, bénlèu z’y avià aquels càsses que semblan las tres crotzes del Calvary de Nôstre Sénher... >>Bà sabi pas...
Lo Sànch Joàn te butét un ascladis amb son pal sul rocàs, aquel rocàs, tot asclat, que se copèt et se dubriguèt, se vos cavèt una càuna que diguns conneyssià pas davant ! E dins aquela càuna, aqui que te vezet una fon que rajèt sul côp e que s’abrondèt defôra de la càuna et que se corriguèt cap àl Mardosso.
Aquela fons diguns la conneyssià pas ! Era una Fon remirabla e miraclosa ! Se dalarguèt pel côp que atuquèt Sànch Joan subre aquel Rocàs.
Venià del prigond de la Terra, era lo maitin de Sanch Joanada d’estiu, es per acô que me pôdi remenar quora acô se faguèt.
E lo Sànch Joàn que diguèt al Monde del pàys que ara e adeànt los calià venir cada annada per la festa de Sànch Joàn aqui à’n aquela fon per ne béure de l’ayga, per ne lavar los lors côrps, las loras malàutias, per ne servar dins de botelhas e botelhons, que aquela devià esser tornada nôva e correr melhora e mày abrondosa cada annada del jorn e festa de Sanch Joàn duscas al jorn de Sànch Péyre e rajarià tot l’estiu e mày enquera. E calià venir querre d’aquela ayga per los maitins d’avant que se levesse lo solelh. E que calià venir aqui per cantar Messa e Sagrament... e pregar lo Bon Dîu per fins que nos donesse bon temps e bel temps per la Terra nôstra...

E me cal vos dizer quicôm que es plàn estranh aqui, la fon de Sànch Joan, agachatz bén per lo màitin de Sanch Joàn, quand raja lo solelh levant que vén aqui esclàirar e far luzir l’ayga al prigond de la càuna : podetz véyre que lo solelh se leva al lôc del levant que vos fan véyre e vos môstran tres càusas la fon, la pôrta de la càuna e la campana de la capella : acô es coma se lo Bon Dîu avià fach aquel lôc, quànd faguèt lo Mond, per que lo rocàs, la fon, la càuna, la gleyza siàn cadun bastit subre la meteissa rega. Aquela cap al levant del Solelh per lo maitin de Sànch Joàn d’estiu !

St Jean Le Froid1 :
Légende 2.
TRADUCTION française DU TEXTE OCCITAN
.
Cela fut alors qu’une terrible sècheresse avait renfermé dans les tréfonds de la Terre toutes les sources ,tous les puits ,toutes les rivières du « Pays »3 . Il ne jaillissait/coulait plus(« res »= rien) d’eau même pas un peu .Les gens4du Pays 5ne pouvaient plus abreuver leur bétail.C’était tout le pays qui s’allait mourir et finir6. C’était la Fin Ultime du Monde7.
Les Payens de Las Cabanes étaient des gens qui vivaient « empoissés »8dans les péchés9. C’était
ça ,les péchés des « Cabanéncs » qui avait causé cette torride sécheresse « de mort ».
Saint Jean passait et cheminait par nos chemins et contrée,en des temps plus anciens que ceux de Notre Seigneur,quant à savoir qui était ce Saint Jean ,ça ,je ne le peux ,c’était Saint Jean...
Il vint par ici car il voulait enseigner la Vraie Foi aux gens d’ici.
Il les fit devenir chrétiens et peut-être les baptisa,mais à sa façon de baptiser, dont on me dit que c’était là la sienne,il faisait les gens se baigner chaque jour toute leur vie afin de se laver de leurs péchés10 ,il se pourrait bien que cela ne fût pas conforme au catéchisme que l’on m’enseigna quand j’étais jeune et enfant, ça je ne le sais pas...On dit que « ce » St Jean enseigna l’Intelligence du Bien11
1 En Occitan :
graphie Institut d’Etudes Occitanes:Sànch Joàn Lo Fretge

2 3
(prononciation= Shànntss Tswànn lou Frétssé,accent tonique sur « Fré »)
Traduction française,serrée au plus près du texte de la version occitane ,carcinole, transmise par Feue Berthe Laporte,dite « La Despratouno » ,de Montcuq.Texte recueilli,transcrit ,traduit ,annoté par François-Xavier
Nardou ,Montcuq.
Comme le Proche-Orient ancien ,d’où nous vint l’agriculture ,le Vieux ,Très Vieux Pàys de Càrci pense que les eaux vives ,les sources, ne sont que la résurgence des « Eaux Inférieures » sur lesquelles repose la Terre ,plate . Ces Eaux Inférieures sont alimentées par l’ Océan qui entoure la Terre...Même si on sait que les Pluies font gonfler les sources et rivières on croit que les sources viennent ,remontent d’En-Bas ,du Tréfond . A St Jean Le Froid le mythe nous dit que la Source « Rebouillonne et ressurgit encore plus abondante à Minuit du Solstice d’été » lorsque le Soleil est au Nadir du Monde faisant « bouillir » les Eaux Inférieures et remonter les sources.C’est là le mythe explicatif de la Crue du Nil selon Hérodote.....
4
toujours sujet d’un verbe au pluriel:ex : « Lo Monde canton »= Les gens chantent, phrase où « canton » (=Canntounn) est la 3°personne du pluriel : »ILS chantent ,et non « Lo Monde Canta »où « Canta »(CAnnto) = « IL chante ».
« Lo Mond »(MOUNnd)= L’ Univers
5 6
7
8 9 10
11
Terra(= Térro, « Té » tonique) = Pays ancestral
Motif de la Mémoire historique que l’on retrouve aux origines de la Vocation Prophétique de Mahomet (« Qutam » de son nom personnel, « Qutam’Ibn ’Abd ’Al Lah ’al Adil—Le Digne de Foi— ’al Qurayshi dit ’al Muhammad,Le Loué).L’Arabie du 6°s fut dévastée par de terribles sécheresses et épidémies qui détruisirent des tribus entières.. Ce motif est aussi celui de l’ Ecpyrôsis de certains anciens philosophes grecs ,la « Destruction et régénération cycliques du Monde par le Feu »,que l’on trouve ,témoin des origines indo-européennes communes ou même pré-indo- européennes, dans les plus vieux « Savoirs ,Dits et Récits » de l’Inde Ancienne ,les « Védas »...
Motif récurrent à travers l’Histoire et aux origines des phénomènes de Réformations religieuses ou de fondations de nouvelles religions:Apocalyptisme et Messianisme judaïques puis christiques de Jésus et des Judéo-Chrétiens et
« Premiers » Chrétiens , Mahomet et l’Islam, Hérésies médiévales ,Luther et Calvin ,Robespierre ....Marx...Tout Réformateur-Fondateur croit rendre au Monde sa Primitive Pureté et engager un nouveau cycle du Temps...Remettre l’Univers-Temps en son état premier.
L’Occitan permet des jeux de mots entre « Pacàns »/Payens ,Peccats/Péchés et « empegats » /encollés dans la
poix , « empoissés » ,entre les verbes « pecar »/pécher et « (em)pegar »/ empoisser....
1850 ;Rapport des Contrôleurs fiscaux (A.D. Lot) « Les Gens de Las Cabanes vivent dans le luxe et l’opulence ,vautrés dans la débauche »...
Un des motifs clefs du Mandéisme (= Tradition des « Chrétiens de St Jean -Baptiste », groupe ethnico-socio-
« religieux » connu au Proche-Orient de l’Antiquité Tardive ,subsiste encore de nos jours en Bas Irak ,de Bassorah à la mer ,le « Pays de Sumer » antique ,dont « Ur » patrie d’ABRAHAM...
Ensenhament del Bén,Entendença del Bén = appellation médiévale du Catharisme....
Lo Monde ,prononcez « lou MOUnndé »= « LES gens » . « Lo Monde »,mot masculin , toujours au singulier et
aux gens du pays (ancestral).
Ce St Jean semblait un pâtre ,un pasteur de moutons12 et de chêvres,il tenait un bâton 13pour maîtriser et guider les bêtes sur les Causses.
Il se promut « Chef-Maître » des gens de Las Cabanes et les fit venir dans cette petite combe ,devant ce gros rocher que vous voyez maintenant avec cette grotte ,cette grotte « accueillante »14 Au temps dont je vous parle il n’y avait ni grotte ,ni source ,ni eau,seul le « Roucàss »15,le « Gros et Grand Rocher »se dressait ici ,menaçant,peut-être y avait -il ces chênes16 qui font penser aux Trois Croix du Calvaire de Notre Seigneur.... ça ,je ne le sais pas
Et voilà que ce St Jean t’asséna un coup à tout fendre sur le Rocher avec son bâton,ce rocher ,tout fracturé, se fendit et s’ouvrit,il se creusa une grotte ignorée de tous auparavant.Et dans cette grotte ,voici que l’on vit une source qui jaillit de suite et déborda hors de la grotte et se mit à couler17 vers le Mardossou18.
Cette source on n’en n’avait pas connaissance ! C’était une source admirable et née d’un miracle !Elle s’ouvrit du coup que St Jean asséna sur le Roucàss.
Elle venait du Tréfond de la Terre ,c’était au matin de la St Jean d’été,c’est pour ça que je peux me souvenir quand cela se fit.
Et St Jean dit aux gens d’ici que maintenant et d’ores en avant il leur faudrait venir chaque année pour la Fête de St Jean ,ici, à cette source pour en boire de l’eau,s’en laver le corps ,se délivrer de leurs maladies ,pour en conserver en bouteilles et flacons,car cette eau devait être renouvelée chaque année et couler meilleure et plus abondante du jour et fête de St Jean à la St Pierre,et qu’elle ruissellerait tout l’été et plus longtemps encore19. Et qu’il fallait venir chercher de cette EAU20 le matin juste avant le Lever du Soleil.Et qu’il fallait venir ici célébrer Messe Chantée et Saint Sacrement ...et prier le Dieu bon afin qu’il nous donne Temps Bon et Beau pour la Terre qui est nôtre.
Et maintenant il faut que je vous dise quelque chose qui ici est bien étrange et curieux,la Source de St Jean,regardez bien au matin de la St Jean,quand jailllit le Soleil Levant qui vient ici éclairer et faire miroiter l’eau au fond de la grotte 21:vous pouvez voir que le soleil se lève au
12 Oelhas(= wélyos, »é » tonique)= fedas(=fédos,brebis)
13 Bâton en forme de crosse épiscopale,le sceptre « héka » des pharaons, lituus des augures romains, le « skeptrôn »
des rois gréco-mycéniens dits « Pasteurs de Peuples ».
14« espelugueta » =petite « espeluga » ,petite grotte. Diminutif d’affection .
* 15 « Rocàs » occitan (=roucàss » tonique sur « à ») forme augmentative et péjorative de »Roc » ,signifie « Gros 
Rocher » ,parfois au sens de « Menaçant ,Mauvais » 

* 16 Casse(= Câssé, »a » tonique)<<gaulois « Càssi »= chêne. 

* 17 Motif mythologique commun à tout le Bassin de la Méditerranée.Connu au Maghreb berbère. Cf « Exode » Moïse 
au Désert frappant de son bâton en forme de T le Rocher « qui nous sauve »... 

* 18 Mardossou,du Gaulois « Marda » ,boue ,fange ,matière puante. Mardossou= Le Fangeux Puant....nom d’un ruisseau 
aujourd’hui des plus clairs et limpides sur son lit de rocs,de cailloutis et de « claps » calcaires . 

* 19 Au Paléolithique final (- 30 000/- 10 000) les basses eaux se passaient en hiver(froid et sec,neigeux et glacial,type 
Sibérie actuelle) les hautes eaux,de fonte des neiges et glaces, avaient lieu en Juin-Juillet et devaient inonder ,emplir la grotte. Le phénomène des longues sécheresses torrides estivales n’est apparu qu’avec le climat actuel ,depuis – 10 000/-8000,à hivers doux et pluvieux et longs étés chauds et secs,l’inverse de ce que fut au Paléolithique le climat du Bassin Aquitain ,cette « Riviéra » d’une Europe alors englacée . L’agriculture (céréales ,légumes secs)et l’élevage(porcs ,moutons ,chêvres) ,techniques et modes d’Economie de subsistance sont ,en Bassin Aquitain , venus du Proche-Orient par la Méditerranée vers – 6000/-5500 ; St Jean le Froid est un site sacral des premiers agriculteurs- éleveurs du « Quercy-Blanc » actuel. Le Soleil en fut le Maître « divin » dans son Union ,ici « salvatrice », avec l’Eau ressurgissant au Matin du Solstice d’été.St Jean-Baptiste,non Jésus le Christ, en fut la figure « christianisée ». 

* 20 Feue Berthe Laporte disait toujours « L’EAU » de Saint Jean ,pas la Source.Pour elle ,fameuse « plus que guérisseuse » , cette « eau » était « plus forte que celle de Lourdes »... 

* 21 Berthe Laporte me fit bien observer que ce phénomène de « fusion du Soleil dans l’Eau » aux matins d’entre la St Jean et la St Pierre( les SIX JOURS du 24 au 29 Juin,opposés aux DOUZE JOURS d’entre Noël et les Rois) n’avait lieu ,ici ,qu’en raison des formes des parois de la grotte et de la direction axiale de l’ouverture de celle-ci. C’est une même ligne axiale qui joint le point au fond de la grotte où jaillit la source ,l’axe absidal de la chapelle et le point de lever du soleil au solstice d’été.C’est comme si la Nature ,ou Dieu , l’avait voulu ainsi,les formes intérieures de la grotte « guidant » la lumière solaire au lever du soleil solsticial d’été vers le point de naissance de la source.Ce phénomène ici naturel fut celui utilisé dans l’orientation des Temples Egyptiens et du Proche-Orient dont Celui ,illustre ,de Jérusalem....Mais ,ici , Les aménagements par l’Homme n’y sont pour rien ,les interventions humaines 


point oriental indiqué par la source ,la porte de la grotte et la cloche de l’église : c’est comme si le Dieu Bon avait fait ce lieu ,quand il forma le Monde,afin que le Roucàss , la Source, la grotte , l’église soient « élevés » sur la même ligne !Celle vers le Soleil Levant du matin de la Saint Jean d’Eté !
Petit complément :
Les lecteurs de Georges Dumézil dans sa « Religion Romaine Archaïque » et autres oeuvres de cet éminent mythologue ,historien ,linguiste ,auront reconnu dans le mythe de St Jean Le Froid une version locale de celui reconnu par Dumézil comme fondateur et explicatif des rites romains (antiques) des Matronalia ,les fêtes de Mater Matuta ,célébrées au 11 juin (notre St Barnabé ,auteur des longues chaleurs et sécheresses estivales...) soit 12 jours avant notre St Jean d’été. C’est le motif mythologique pan -indo -européen du « Soleil né des Eaux Primordiales et s’unissant à celles
-ci ».Le Soleil Solsticial d’été né de la Nuit (sa « Mère ») est « mis au Monde » par les Aurores ,soeurs de la Nuit,puis s’élance dans le ciel comme « un veau sortant des Eaux de Sa Mère » la Nuit Céleste assimilée à une « Vache » aux origines du Monde par son « beuglement » ,le Son Primordial qui a mis la matière en énergie.
L’Iran ancien connaissait le mythe du « soleil dans les Eaux » , le Jeune Soleil fils des
Eaux Matricielles auxquelles il s’unissait(« Veau naissant de Sa Mère »)en y dardant ses premiers rayons à son Lever. C’est le motif que l’on retrouve en Egypte Ancienne dans celui du Pharaon et du dieu de Memphis ,Ptah ,« Taureau (Blanc) (fécondateur » ) de sa Mère »
Derrière ce motif se cache celui d’un Inceste « sacral » primordial ,aux origines du Tout ,entre un
« héros » Solaire ,un Prince de l’Âge du Bronze ,et une « Matriarche » passant pour « Mère » du Héros Solaire....en des sociétés où le Pouvoir est exercé par lesMâles mais où le « principe » du Pouvoir ,sa légitimité ,est détenu ,en seule jouissance sans exercice direct ,par les Femmes ,de Mère en fille. Tout « Roi » ne le devenant qu’en tuant son prédécesseur ( Oedipe tuant Laïos ,roi de Thèbes) pour épouser la « Reine » (Jocaste à Thèbes) ,engendrer des fils et une fille qu’épousera le futur successeur du « Nouveau Roi » ...(Cf James Frazer : » Le Rameau d’Or » .Monique A. Piette « Au Commencement était le Mythe. « L’Idée de Royauté à Rome des Origines à Auguste » de J- C Martin)
A St Jean Le Froid ,la Lumière Solaire ,fluide immatériel ,s’unit à l’Eau ,Fluide Matériel né du Rocher ,Matière Première Brute.Le « Feu » Lumineux Solaire s’unit à l ’ Humide,sombre ,car venu des Tréfonds de la Terre, et FROID ,origine du toponyme.C’est l’Union des Contraires rendue visible dans le paysage et tenue pour aux Origines duTout.

ayant toujours respecté les données imposées par la Nature.