La Chèvre et le Curé

, par Marc Lagaly

La Craba e lo Curre
Revirada del Claudi de Vertut, d’après Joan Molinièr. Aluta nº26

La Craba e lo Curre

Un còp Lastor gardava sas crabas al pech de Cros al dejos de Sant German. Un boc jovenel se pensava que los viatges formam la joenessa , decidèt de partir veire del pais. Aprèp Peyrilha arrivèt à Lavercantièra pèi a Gindo.
Arrivát a Gindo aquèl talibornàs de Sant German vegèt passar un chacal que galoppava e re menava una nivol de posca. Se cresèt arrivat dins las terras de l’infern. Nòstre boc n’aviá jamai rencontrat d’atalatge. Ajèt una pauc tarribla. S’escapèt e dintrèt per la primièra pòrta que trovèt duberta. Era justement pòrta de la glèisa, que lo campanarie aviá daissada duverta lo temps de sonar l’angèlus.
- Vietdaze ! Pensèt lo boc, que n’aviá jamai vist de glèisa ni entendut de campanas , cal tropèl diu li aver amont, dins aquèl rambal de sonalhas ! E coma las crabas e los bocs aiman montar naut nòstre boc montèt en cadièra :
- Larfaillo lo campanaire en davalant del cloquièr vejèt las banas que sola despassavan de la cadièra à perçò-que lo boc s’era assetat.
Larfaillo se pensèt :
« lo diable es dins la cadièra, cal avertir Mossur lo Curat, Partiguèt tant viste que poguèt.
- « Mossur lo Curat, lo duole es dins la cadièra
- Eh be Larfaillo anam lo cassar. Respondrás : amen a tot çò que dirái.
- Lo Curat prenguèt d’aiga benezida e un gròs livre e totes dos anèron a La glèisa. Se sinnèron e Mossur lo Curat commencèt sas orasons. Al cap d’un moment Larfaillo respondèt « amen ! » e Mossur Lo Curat asperguèt d’aigu benezida lo diaple. Lo boc estornissia a cada glot. Aprèp un moment dkaquèl manètge se quilhèt énervât din la cadièra. Mossur lo Curat e Larfaillo n’avián jamai vist de crabas ni de bocs. Creisseran que lo diaple se levava.
- L’avém preocupat, Larfaillo, nos cal nos en anar diguèt Lo curat en se signant.
- Amen ! respondèt Larfaillo en se signant tanben.
Lo boc se lancèt, saitèt per terra, passèt entre las cambas del curat espaurit que cridava :
- lo diaple m’empòrta ! Aie, aie ! Al secors ; !lo diapl m’empòrta !
- Amen respondèt Larfaillo.
Lo boc que galopa à coma un fòl daissèt lo curat sus un ròc e s’en tornèt à Sant German. L’envètja de voyajar li aviá passát. Lo curat dins Gindo se pmangèt pas tròp uros que lo diaple l’âne daissar aqui, se vesiá déjà en trin de rostir dins l’infer.

La Chèvre et le Curé*

Une fois Lastour gardait ses chèvres à la butte de Cros, au dessous de Saint-Germain-du-Bel-Air. Un bouc, qui était jeune, pensait que les voyages formaient la jeunesse, décida de partir voir du pays.
Après Peyrilles, il arriva à Lavercantière, puis à Gindou.
Un fois à Gindou, ce lourdaud de Saint-Germain-du-Bel-Air, vit passer un cheval qui en galopant remuait de la poussière. Il se crut arriver dans les terres de l’enfer. Notre bouc n’avait jamais rencontré d’attelage. Il eut une peur terrible. Il s’échappa et entra dans la première porte qu’il trouva ouverte. C’était justement la porte de l’église que le carillonneur avait laissée ouverte le temps de sonner l’angélus.
- Vietdaze ! pensa le bouc qui n’avait jamais vu d’église, entendu de cloches, quel troupeau il doit y avoir là-haut, dans ce tapage de sonnailles.
Et comme les chèvres et les boucs aiment être montés haut, notre bouc monta dans la chaire.
Larfaillou, le carillonneur, en descendant du clocher, vit les cornes qui seules dépassaient de la chaire car le bouc s’était assis. Larfaillou se pensa : « Le diable est dans la chaire, il faut avertir Monsieur le curé » Il partit si vite qu’il put.
- Monsieur le curé le diable est dans la chaire.
- Eh bien ! Larfaillou on va le chasser. Tu répondras " amen " à tout ce que je dirai.
Le curé prit de l’eau bénite, un gros livre et tous les deux partirent à l’église. Ils se signèrent et Monsieur le curé commença ses oraisons. Au bout d’un moment Larfaillou répondit " amen ! " et Monsieur le curé aspergea le diable avec de l’eau bénite. Le bouc éternuait à chaque goutte. Après un moment de ce manège il se dressa énervé dans la chaire. Monsieur le curé et Larfaillou n’avaient jamais vu de chèvres ni de boucs. Ils crurent que le diable se levait.
- Nous l’avons tracassé, Larfaillou, il nous faut partir, dit le curé en se signant.
- Amen ! répondit Larfaillou en se signant aussi.
Le bouc se lança, sauta par terre, passa entre les jambes du curé apeuré qui criait :
- Le diable m’emporte ! aïe, aïe ! au secours, le diable m’emporte !
- Amen, répondit Larfaillou.
Le bouc qui courait comme un fou, laissa le curé sur un rocher, et s’en retourna à Saint-Germain-du-Bel-Air. L’envie de voyager lui avait passé.
Le curé dans Gindou ne se plaignit pas, trop heureux que le diable l’ait laissé là, il se voyait déjà en train de rôtir dans l’enfer.

*Conte recueilli à la ferme de la Mouline, à Cazals.

Jean Moulinier, de la Société des Etudes du Lot - Aluta nº26 mars/avril 1950La Chèvre et le Curé*

Une fois Lastour gardait ses chèvres à la butte de Cros, au dessous de Saint-Germain-du-Bel-Air. Un bouc, qui était jeune, pensait que les voyages formaient la jeunesse, décida de partir voir du pays.
Après Peyrilles, il arriva à Lavercantière, puis à Gindou.
Un fois à Gindou, ce lourdaud de Saint-Germain-du-Bel-Air, vit passer un cheval qui en galopant remuait de la poussière. Il se crut arriver dans les terres de l’enfer. Notre bouc n’avait jamais rencontré d’attelage. Il eut une peur terrible. Il s’échappa et entra dans la première porte qu’il trouva ouverte. C’était justement la porte de l’église que le carillonneur avait laissée ouverte le temps de sonner l’angélus.
- Vietdaze ! pensa le bouc qui n’avait jamais vu d’église, entendu de cloches, quel troupeau il doit y avoir là-haut, dans ce tapage de sonnailles.
Et comme les chèvres et les boucs aiment être montés haut, notre bouc monta dans la chaire.
Larfaillou, le carillonneur, en descendant du clocher, vit les cornes qui seules dépassaient de la chaire car le bouc s’était assis. Larfaillou se pensa : "Le diable est dans la chaire, il faut avertir Monsieur le curé". Il partit si vite qu’il put.
- Monsieur le curé le diable est dans la chaire.
- Eh bien ! Larfaillou on va le chasser. Tu répondras "amen" à tout ce que je dirai.
Le curé prit de l’eau bénite, un gros livre et tous les deux partirent à l’église. Ils se signèrent et Monsieur le curé commença ses oraisons. Au bout d’un moment Larfaillou répondit "amen !" et Monsieur le curé aspergea le diable avec de l’eau bénite. Le bouc éternuait à chaque goutte. Après un moment de ce manège il se dressa énervé dans la chaire. Monsieur le curé et Larfaillou n’avaient jamais vu de chèvres ni de boucs. Ils crurent que le diable se levait.
- Nous l’avons tracassé, Larfaillou, il nous faut partir, dit le curé en se signant.
- Amen ! répondit Larfaillou en se signant aussi.
Le bouc se lança, sauta par terre, passa entre les jambes du curé apeuré qui criait :
- Le diable m’emporte ! aïe, aïe ! au secours, le diable m’emporte !
- Amen, répondit Larfaillou.
Le bouc qui courait comme un fou, laissa le curé sur un rocher, et s’en retourna à Saint-Germain-du-Bel-Air. L’envie de voyager lui avait passé.
Le curé dans Gindou ne se plaignit pas, trop heureux que le diable l’ait laissé là, il se voyait déjà entrain de rôtir dans l’enfer.

*Conte recueilli à la ferme de la Mouline, à Cazals.

Jean Moulinier, de la Société des Etudes du Lot - Aluta nº26 mars/avril 1950