Fèlis de Linars par Sylvain Toulze

, par Marc Lagaly

Un briu estèt, mainat, ieu los coneissiai pas
que de nom, los endrechs qu’artelhan pel campàs
los nòu-dètz ans ardits de las nòstras cambetas,
quand Fèlis de Linars, òme de l’ancian temps,
devolzava a mon èl sovenirs inocents
qu’encara trèvan las Boiguetas.

Corbet, la celha grisa, amb de mècas de pièl
qu’i davalavan sul copet, aviá la pèl
rimada sus de mans cendrosas e venadas
e lo seu mocador carrelat podiá pas jamai secar l’estela i pindolant del nas
dempèi tròpas longas annadas.

Or tant-lèu lo bestial passava lo cledon,
ieu corriai a la rota ont, la man sul baston,
arrucat del vent frech, al solel se calfava...
Me contava alavetz qu’en l’an setanta fèt
lo servici a la guèrra enlai, darrèr lo pèch
que davala en esquina blava...

"Nos menèron dusca a la vila de Bordèus,
larga coma’l canton de Cajarc ; los batèus,
de tant lo negre ivèrn sarrèt aquela annada,
sul flume de Garona avián pres dins lo gèl
qu’auriatz dich los tanquets d’un bòsc bravament bèl
jos una nèu de ton auçada..."

O ! totes dos amassa auriàm pro tal e tal
traçat sus de renvèrs mai aluenhats qu’atal
- e lo mainat, novèl al solhet de la vida,
estralhava’l camin dels somis, afiscat,
sus las piadas del vièl que tornava de cap
sègre la rega antan durbida.

Tot còp s’aconsomís, piejat a son baston ;
mas, entre panecar, la flòca de coton
del bonet blanc que còifa a son antica mòda
lo ven derrevelhar en i lifrant lo nas
al grand regaudiment del dròlle que sab pas
cossi lo temps vira sa ròda...

Un jorn trobèri plus a son sèti l’aujòl.
Mainadet, cresiai pas encara qu’un lençòl
aje tant lèu plegat los qu’aimam sus la tèrra !...
- Mas tu, Félis, escaparàs al triste sòrt
per aver, bon felibre, escandilhat mon còr
a la poesia primièra !

"A las Boiguetas " - La Canta del Faidit pp29-30 - Cahors 1954

Traduction de l’auteur

Pendant longtemps, petit, je ne les connaissais
que de nom, tous ces lieux que bat par la campagne
l’ardeur de nos dix ans et de nos fines jambes,
quand Félix de Linars, l’homme du bon vieux temps,
dévidait à mes yeux d’innocents souvenirs
qui hantent encore les Bouyguettes.

Voûté, le sourcil gris, des mèches de cheveux
lui pendaient sur la nuque et il avait la peau
ridée aux mains, couleur de cendre et bien veinée,
et son fameux mouchoir à carreaux ne pouvait
jamais sécher la goutte à son nez suspendue
depuis de trop longues années.

Or, dès que le troupeau passait la claire-voie,
je courais à la route où, la main sur sa canne,
à l’abri du vent froid, il humait le soleil...
Il me contait alors qu’en l’an soixante-dix
Il partit à la guerre au delà du còteau
qui descend en échine bleue...

"On nous mena jusquà la ville de Bordeaux,
vaste comme un canton de Cajarc ; les bateaux,
tant l’hiver cette année fut rude et renfrogné,
au fleuve de Garonne étaient pris dans la glace :
on aurait dit les troncs d’un bois fort étendu,
sous une couche de neige de ta taille..."

Oh ! ensemble tous deux nous aurions bien de front
vogué vers des pays plus lointains que ceux-ci
- et l’enfant tout nouveau sur le seuil de la vie
parcourait le chemin des rêves, plein d’ardeur,
sur les pas de l’aïeul qui suivait en esprit
le sillon ouvert autrefois.

Il sommeille à demi parfois sur son bâton ;
mais, à peine assoupi, la mèche de coton
du bonnet blanc qu’il porte à sa mode ancienne
s’en vient le réveiller en heurtant son nez
pour le plus grand plaisir de l’enfant qui ne sait
comment tourne la roue du temps...

Un jour, je ne vis plus à sa place l’aïeul.
Trop petit, j’ignorais encore qu’un linceul
ait si vite plié ce qu’on aime en ce monde !...
- Mais tu échapperas, Félix, au triste sort
pour avoir, bon félibre, illuminé mon coeur
de la première poésie.