Moussu Nadal

, par Marc Lagaly

Moussu Nodal

Oquesto net bous decendrés
Moussu Nodal, en raoubo blonco.
Lou bent negre piquoro fret,
Lo neou forinoro los broncos.

Dins lus lets oy rideous flourits
Lus droullets foront des doux raybés .
Lour bouquetos oront un ayre,
Coumo d’anges del paradis

Bous metres dins lus escloupets,
Lus tourtelous et lus iranges
Pey un poutou sus clars bisatses
Et dins lou cel boun tournores.

Moussu Nodal ! escoutas nous.
Nous, toplo, sem paoubrès moynatses
Baissa bostre cande bisatse
Ber naoutres que bous preguen tous.

Doyssa, de bostros mos blonquetos,
Toumba caouqués presents oyci.
Caoucos flours et caoucos brouquetos
De bostre bel ramel flouri.

Sabes bé que sur lus images
Nous dises que ses piétodou
Et que bous ses nostre boun pastre
Et naoutres bostres agnelous.

Nous boulen pas de grondo glorio
Nous boulen pas bostré soulel.
Un paou de po blonc et de tsoyo
N’est pas plo que bous domonden.
.....................................................

Oquesto net bous decendres
Moussu Nodal en raoubo blonco.
Lou bent negre piquoro fret
..........................................................

Lo neou forinoro los broncos !

Alida et Pierre Calel tiré de Divona nº5 - décembre 1926 p.70 - graphie des auteurs

NDLR : Ce texte nous présente pour la première fois dans la littérature quercynoise le personnage du Père Noël, traditionnellement en Quercy comme ailleurs c’est l’enfant Jésus qui apportait les cadeaux - en général modestes : une orange et quelques friandises - aux enfants.

Traduction des auteurs :

Monsieur Noël

Cette nuit vous descendrez,
Monsieur Noël, en robe blanche.
Le vent noir piquera froid,
La neige enfarinera les branches.

Dans les lits aux rideaux fleuris,
Les bébés feront de doux rêves :
Leurs bouchettes auront un air
Comme d’anges du Paradis.

Vous mettrez dans les petits sabots,
les petits gâteaux et les oranges
Puis un baiser sur les clairs visages
Et dans le ciel vous retournerez.

Monsieur Noël ! Ecoutez-nous.
Nous, aussi, sommes pauvres enfants.
Baissez votre candide visage
Vers nous qui vous prions tous.

Laissez, de vos mains blanchettes,
Tomber quelques présents ici,
Quelques fleurs et quelques branchettes.
De votre grand rameau fleuri.

Vous savez bien que, sur les images,
Vous nous dites que vous êtes pitoyeux,
Et que vous êtes notre bon pâtre
Et nous vos agnelets.

Nous ne voulons pas de grande gloire,
Nous ne voulons pas votre soleil.
Un peu de pain blanc et de joie
Ce n’est pas beaucoup que nous vous demandons.
.........................................................................

Cette nuit, vous descendrez,
Monsieur Noël, en robe blanche
Le vent noir piquera froid.
................................................................................

La neige enfarinera les branches !...