Le château du vieux temps de R.Pecheyrand

, par Marc Lagaly

Le château du vieux temps

La lune est au piquet, là-haut, sur la tourelle ;
Boudeuse, elle a terni son rire de vieil or !
Elle hésite à franchir la double passerelle
Qui barre d’un trait noir, les douves à tribord.

Dréssé sur le roc bleu surgissant de l’airelle
Comme un blanc madrépore issu des mers du Nord.
Le château crénelé semble chercher querelle
Au titan de granit qu’eût aimé Belphégor !

Quand les autans glacés hululent, gueule ouverte,
Sur la nef du guetteur, à demi découverte,
On peut voir deux démons lutter à corps perdu.

Mais le silence est lourd sous l’envol des gargouilles
Où les oiseaux de nuit semblent faire des fouilles
Sur le chemin de ronde où ricane un pendu !

12 mars 1943 - Roger Pécheyrand