Novembre

, par Marc Lagaly

Novembre

La fèlha dels albres rosseja
Tombarà dins gaire de temps.
Bufa dejà la bisa freja ;
L’ivèrn adara nos atend.

Dins los bòscs despolhats e tristes,
Los casses van èstre flautrits
E los auselons qu’avèm vistes,
Pendent los bèls temps son partits.

L’irondèla se n’es anada,
Quitent nòstre cèl sombre e gris,
Vers una pus doça contrada,
Luènh, plan luènh, dins un caud pais.

Los brolhards, la plèja, los gibres,
Arriban per nos enojar
Grivas e mèrles pels genibres
Cèrcan quauques gruns a minjar.

Dins los prats capelats d’albièra,
Buèus o vacas paisseran plus.
Caldrà restar sus la litièra,
Per tots mets verds, de caulets crus.

Mosca, parpalhòl e ligosta
Disparesseran a bèl talh,
Quand pels rius lo gèl farà crosta,
Cambiarà l’aiga en fred cristal.

Lo solelh, plen de fenhantisa,
Se levarà plus de matin,
Cobèrt de quauqua bruma grisa,
Lo pus sovent per l’escantir.

E la nèu, de sa rauba blanca,
Sailarà las planas, los tucs,
Per aquels que son a tot manca,
Piètre temps, pels paures pè-nuds.

Lou Calel - 1er novembre 1892 [Lo libre de Paul Froment t.1 - M. Esquieu 1986 EOE pp143-144]

La feuille des arbres roussit, elle tombera dans peu de temps. Déjà la bise froide souffle ; l’hiver maintenant nous attend. Dans les bois dépouillés et tristes, les chênes vont être flétris et les petits oiseaux que nous avons vu, lors de la belle saison sont partis. L’hirondelle s’ en est allée, laissant notre ciel sombre et gris, vers une contrée plus douce, loin, très loin, dans un pays chaud. Les brouillards, la pluie, les givres, arrivent pour nous ennuyer. Grives et merles dans les genevrières cherchent quelques grains à manjer. Dans les prés recouverts de gelée blanche, boeufs et vaches ne paîtront plus. Il faudra rester sur la litière,pour tout met vert, des choux crus. Mouches, papillons et sauterelles, ont tôt fait de disparaître, quand sur les ruisseaux le gel fera croûte, il changera l’eau en froid cristal. Le soleil, plein de paresse, ne se lèvera plus de bonne heure, couvert de quelques brumes grises, le plus souvent pour l’éteindre. Et la neige, de sa robe blanche, recouvrira de son manteau les plaines et les collines, pour ceux qui sont démunis, piètre temps, pour les va-nu-pieds.