Cahors par Clément Marot

, par Marc Lagaly

O Roy heureux, soubs lequel sont entrez
(Presque periz) les lettres et lettrez
Enten après (quant au poinct de mon estre)
Que vers midy les haultz Dieux m’ont fait naistre
Où le soleil non trop excessif est ;
parquoy la terre avec honneur s’y vest
De mille fruits, de mainte fleur et plante,
Bacchus aussi sa bonne vigne y plante,
Par art subtil, sur montaignes pierreuses,
Rendans liqueurs fortes et savoureuses :
Mainte fontaine y murmure et undoye
Et en tout temps le laurier y verdoye
Près de la vigne, ainsi comme dessus
Le double mont des Muses, Parnassus :
Que plus d’esprits de noble Poésie
N’en sont yssus. Au lieu que je déclaire
Le Fleuve Lot coule son eau peu claire
Dont s’esbahyst la mienne fantaisie
Que maints rochers traverse et environne,
Pour s’aller joindre au droict fil de Garonne
A bref parler, c’est Cahors en Quercy...