Lo pinponèlo

, par Marc Lagaly

Lo pinponèlo

Lo flour qu’oïmabi bien quant èri piitchounel
O nostré Pooujodou (1) to naou, pus près dél chèl
Qu’èro lo pinponèlo

Lo prumièr’, ol printén, l’éspérabi cad’an ;
Cado cot, mé disio : "eés pus brabo qu’ontan,
Pus chintouj’ è pus bèlo !"

Cal plojé dé né fa pèr mo maïr’ un bouqué
Qu’onabi li pourta, o pléno mo, co ché,
Uno o lo boutounièro.

Mè pus tar, lo dounèr’énquèro pus urous,
O lo prumièro qué mé rondet omourous,
Mo flouréto gorrièro !

E pèi, l’oouriò dounad’o maï d’uno (vertad’ !)
D’oïchi, d’olaï, pèrtou, ché n’èri pas éstat
Timidé coumo gu’èlo.

Flour chinplo, chan fiorta ! Flour d’omistad, d’omour !
Tu qué nous fas dél bé én colmén lo doulour,
T’aïmi ; Tiès tan fidèlo !

Quant mé cordrò porti !!! pèrqué chéraï trop vièl,
Qué lous qué m’aïm’un paou portou chus moun tounbèl
Rés qu’uno pinponèlo

E ch’un vouïllò plonta un pèd dzust’ol déchu,
Chério qu’o moïta mort : tournorio viour’en tu,
Oïmado pinponèlo !

Meric Longval

La pâquerette

La fleur que j’aimais tant quand j’étais tout petit
A notre Pouzadou (1) si haut, plus près du ciel
C’était la pâquerette.

La première, au printemps, je l’attendais chaque an ;
Caque fois je me disais : "Elle est plus grande que l’an dernier,
plus jolie et plus belle !"

Quel plaisir d’en faire pour ma maire un bouquet
Que j’allais lui porter, à pleines mains, sur le champ,
Une à la boutonnière.

Mais plus tard, je la donnai encore plus heureux,
A la première qui me rendit amoureux,
Ma fleurette guerrière !

Et puis, je l’aurais donnée a plus d’une (n’est-ce pas !)
De ci, de là, partout, si je n’avais été
Aussi timide qu’elle.

Fleur simple, sans fierté ! Fleur d’amitié, d’amour !
Toi qui nous fait du bien en calmant la douleur,
Je t’aime, toi tu es si fidèle !

Quand il me faudra partir !!! car je serai trop vieux,
Que ceux qui m’aiment un peu portent sur mon tombeau
Rien qu’une pâquerette.

Et si quelqu’un voulait planter un pied juste au dessus,
Je ne serai qu’à moitié mort : je revivrai en toi,
Chère pâquerette !

(1) - Pech Pouzadou, lieu-dit d’où est originaire l’auteur