Coou - G. Lonfranc

, par Marc Lagaly

Coou

Biel poïs… Bieillo bilo. Dé Magny é Moraou
O toutjes troubodours qué cen cops tooü contado
Boudrioï tout simplomen, t’oppourta mo pensado
En cullien per tus, cualquos flours dé moun claoü.

O tos dintrados, beilloun lo borbocano, fièro
Sentinello obonçado dé terros do l’éntour
Et toun poun dé Bolondré, flonquat dé sos trés tours
Ou lou Diablé, pincat, recano su so peïro.

Ordents é omouroux dé Sainto Libertat
Tous éfans ooü brobat los pu rudos éprobos
E tous mestrés moçous ooü cisélat lo probo
Dé ço qué pot lo mo, qué guido lo piotat.

Aïmi del boulebard, los terrassos flouridos
Ennoïrados dé biaï qu’on siasqué isoulat
Soquélaï qué lou ser, ëmplissoün lou foussat
Rébés ëntrëtenguts è tjoïos espondidos.

Aïmi de toun mercat lo fièro séculario
To truffo, toun mélou, to costogno è toun mel
To doucé qu’on créïrio, fresqué toumbat del cel
Qu’un réyoün dé soulel, ses escopat dé terro.

Aïmi, dé Divona, l’oundo mistériouso
Lou mouli de Coty... un grön niöu d’ooüzelous
St-Tjordi é Cobessut, sémanats d’oustolous
Es pitchous cominols, de l’Horto sinuouso.

Aïmi lou soulel court qué bën néga to ribo
Qu’obondouno o régret lou pescaïré ottordat
E qu’ol pêt d’Angély, lou cossaïré esconat
Per olèt é soun tëns o depista lo gribo.

En permettën ol Lot, bresquillat dé gorlescos
Dé to bien t’ënsorra, son oüsa proutesta
Coussi, oprès oco, pourrios tu coundomna
Lou tjot dé rescoundut dins tos bodernos frescos.

Pourtant quand lou Moli cacho per los bonelos
Droullèto, gardo té... Bal maï un paou longui
Puléou qué trioussa lou michon soubéni
D’un porpollïol dé nêt qué té marquo dé l’alo.

Looütsèros coumo fiols emperlats dé rousado
Qué brèsso, douçomën lou soufflé del prïntën
Ou pésudos dé pénos è corgados dé tëns
Coumo lou rioü qué füt, lisorooü los onnados.

Et qu’on s’onnouçoro l’ouro del gron bouïatzé
Ol céoü tumultuous d’un mound’incounescut
Son illusioü troumpuzo ën tout espouer perdut
Oïmorian ëmplina lus èls d’ün bèl miratzé...

Rébeïré’[tous] qués oumbrous, tous tjordis embooümats
Tous pêts illuminats, coumbos tintados d’oumbros
Dempeï lou clar moti, o lo minuto soumbro
Et “porti”, son régret, dé t’obé bien oïmat.

G. Lonfranc – Premiers epis de Gerbe Carcinole imp. A. Dhiver Cahors

Traduction de l’auteur :

Cahors

Vieux pays… vieille ville. De Magny et Marot
A tous les troubadours qui cent fois t’ont chantée
Je voudrais simplement t’apporter ma pensée
En cueillant pour toi, quelques fleurs de mon clos.

A tes deux entrées, veillent, la Barbacane, fière
Sentinelle avancée des terres d’alentour
Et ton pont Valentré, flanqué de ses trois tours
Où le « Diable » perché, ricane sur sa pierre.

Ardents et amoureux de sainte Liberté
Tes enfants ont bravé les plus rudes épreuves
Et tes maîtres-maçons ont ciselé la preuve
De ce que peut la main que guide la piété.

J’aime, du Boulevard, les terrasses fleuries
Haussées de telle sorte qu’on y soit isolé
Cependant que, le soir, emplissant le Fossé
Rêves entretenus et joies épanouies.

J’aime, de ton Marché, la rumeur séculaire
Ta truffe, ton melon, ta châtaigne et ton miel
Si doux que l’on croirait tout frais tombé du ciel
Qu’un rayon de soleil s’est échappé de terre.

J’aime, de « Divona », l’onde mystérieuse,
Le moulin de Coty… un grand nid d’oiselets,
Saint-Georges et Cabessut, parsemés de chalets
Et les petits chemins des Hortes sinueuses.

J’aime le crépuscule qui vient noyer ta rive
Qu’abandonne à regret le pêcheur attardé
Et qu’au mont d’Angély, le chasseur harassé
Perd haleine et son temps à dépister la grive.

En permettant au Lot, scintillant de garlèches
De si bien t’enserrer sans oser protester
Comment, après cela, pourrais-tu condamner
Le jeu de cache-cache, dans tes Badernes fraîches ?

Pourtant, quand le Malin chasse par les venelles
Fillette, garde-toi… Mieux vaut un peu languir
Plutôt que de traîner le méchant souvenir
D’un papillon de nuit qui te marque de l’aile.

Légère comme fils emperlés de rosée
Que berce doucement le souffle du printemps
Ou pesantes de peines et surchargées de temps
Comme un ruisseau qui fuit, glisseront les années.

Et quand s’annoncera l’heure du grand Voyage
Au seuil tumultueux d’un monde inconnu
Sans illusion trompeuse en tout espoir perdu
Nous aimerions emplir nos yeux d’un beau mirage.

Revoir tes quais ombreux, tes jardins embaumés
Tes crêtes illuminées, tes vallons teintés d’ombre
Depuis le clair matin à la minute sombre
Et « partir » sans regret, de t’avoir bien aim