Lo sourço dé moun villatgé

, par Marc Lagaly

Lo sourço dé moun villatgé

O fount del mas-del-Pech, coumo l’ai ieu oimado !
Pichounet, sul mati, ma maïré m’i prenio
Quand li anabo, l’estiu, li lova lo bugado
Dins lou nau croujat dins un gorrit plo gros (1)

Los fennos li venion de per tout lou villatgé
Amai, par temps pla sec, dels villatgés vezis
E pas un cop nou finission lour batalhatgé
Sans benezir la fount que jamai noun taris.

Jou, aut ! dins l’escalier, per escoutar, pecaire
L’aigo qu’en arribent degruno soun glout-glout
"Torno, biste opraici" me cridabo ma maire
So qu’auzices aval, ocos lou rainalou.

Mountabi galoupar lous poulits parpalhols
Ou velhar cado auzèl que passabo en piulent
Abion tan estufflat lous merles et auriols
Que benion far sabrot un bouci vistomen...

En parten boullion beire oquelces auzelous
Beure, quouro la couo, quouro lou bec en l’aire ;
"Acos per remerciar" dizio toutjours ma maire
Lou que d’aigo ramplis borlacs et barlacous.

Henri Lemozie
Maitre ès-Jeux floraux

(1) Cette auge creusée dans le tronc d’un chêne était de dimensions remarquables puisqu’elle mesurait eX0,80X0,80