Le bibliomane : Armand Lagaspie

, par Marc Lagaly

A pas lents, doucement, il erre,
Les yeux sous des verres cachés,
Aux devantures des librairies
Devant les livres bon marché ;

Dans les Boites des bouquinistes
De Notre-Dame au Pont des Arts,
Il furette, machiavéliste.
Sous l’oeil des marchands goguenards.

Les reliures patinées
Et gaufrées au petit fer.
Des éditions surannées
Retiennent peu son oeil expert.

Les vignettes et les gravures
D’Eisen, Doré, des Johannot,
Culs de lampes, enluminures,
Sont dédaignés par ce sot.

Aux chefs d’oeuvre des Romantiques
Qu’édita Poulet-Malassis,
Il préfère cet hérétique,
Des volumes brochés, rancis !

Il se dit : "Pour la grosse somme,
Que coûte l’un de ces bouquins,
Je peux avoir, en trente tomes,
Tout Richebourg et Montépin !"

Il a, chez lui, dans des armoires,
Sur tablettes, dans des placards,
Dépareillés, tous les grimoires
Lancés autrefois par Fayard.

Malgré sa femme qui le raille,
Il les admire avec amour :
Il les range par rang de taille,
Et les palpe trois fois par jour !

Non pareil au Bibliophile
Qui profite de ses achats,
Le Bibliomane compile
Des ouvrages qu’il ne lit pas !

Son grand plaisir, ses seules joies,
C’est de contempler, jour et nuit,
Sa Bibliothèque qui ploie,
Sous le poids de ses in-dix-huit !...

Armand Lagaspie - Journal du Lot du 1er avril 1923