Mon Havre-Sac

, par Marc Lagaly

Mon havre-sac

Ce fut, il m’en souvient, avec un trouble étrange
Que je te recueillis avec tes cuirs pendants.
Chaque jour plus chargé que les jours précédents
Je t’ai pourtant porté jusqu’aux terres qu’on venge.

En s’asseyant dessus un de nos adjudants
Déforma la carcasse et la mit en losange,
Mais tu sers cependant de table quand je mange
Ou qu’au jeu mon voisin relève les perdants.

Oreiller quand je dors, chaise quand je m’arrête,
Bureau lorsque j’écris, cuirasse pour ma tête,
Magasin, arsenal, armoire, et cœtera,

Je veux te conserver même après l’aventure
Pour tous les souvenirs que tu rappelleras,
Mais nous y voyagerons tous les deux en voiture.

Ernest Lafont - Président de la Société Académique de Guyenne et Gascogne - Caporal au 130e territorial
L’Echo des Gourbis - Journal antiperiodique des tranchés et boyaux Organe des Troglodytes du Front. n°2 - 12 avril 1915