Gervais Nicolaï - éléménts biographiques

, par Marc Lagaly

Gervais Nicolaï est né le 31 août 1872 à Lacapelle-Marival, dans une famille originaire de Corse. Son père Jules François est piqueur (agent des Ponts et Chaussées), sa mère Elisa Cornut. est elle sans profession. La famille s’installe à Cahors, où en 1904 Gervais qui est comptable épouse Lucie Bouchut, une cadurcienne de 12 ans sa cadette. Il devient par la suite le propriétaire du bazar situé rue Fénélon (qui deviendra rue Clemenceau après la Grande Guerre).
Poète à ses heures, il connu le félibre Jean-Baptiste Rouquet, avec lequel il participe avec une trentaine d’autres personnes à la création de l’Union Littéraire et Artistique de Cahors le 11 novembre 1901, dans l’atelier de M.Roubaud. Cette société qui organise des jeux floraux en français et en langue d’oc, se dote en 1905 d’une revue : La Revue Provinciale, dont Gervais devient le directeur. Cette revue aura une existence difficile puisqu’elle n’aura que 8 numéros en 9 ans...
En 1902, il fit jouer au Théâtre Municipal un drame en vers en un acte : La Prise de Cahors. L’année suivante, il publie un recueil de poésies : Ce qu’ont dit mes cigales. D’autres poèmes parurent plus tard dans diverses revues, dans Divona entre autres, et dans le Bulletin de la Société des Etudes du Lot. Les Jeux Floraux de Nérac couronnent en 1922 un à-propos en vers sur un thème imposé : Les Nymphes au Tombeau de Fleurette. En 1937, Gervais Nicolaï publie un roman régionaliste : La Vénus des Charmilles.
En même temps Gervais Nicolaï est membre de la Société des Etudes du Lot.
Dans les années 30, en parallèle de ses activités commerciales il est adjoint au maire de Cahors (municipalité de de Monzie de 1919 à 1942) et secrétaire de la Chambre de Commerce du Lot.
Ses descendants vont perpétuer son commerce qui demeurera jusque dans les années 70, un bazar, puis par la suite un magasin de jouets dont son arrière petit-fils Jean Berbier sera le dernier propriétaire.

Œuvres :
- Les cadets de Gascogne ! Chanson marche, paroles de G.N., musique de Gaston Robert. Paris E Coutarel [1899]
- La prise de Cahors, drame militaire et patriotique en un acte, en vers 1894 imp. Bergon 16 p.
- Ce qu’ont dit mes cigales, poésies fugitives suivies de Le Barbier de la Reine Berthe conte grivois en vers de la prise de Cahors - Cahors théâtre municipal 17 octobre 1902 - imprimerie Coueslant 1903 - 96 p.
- La Vénus des Charmilles - roman ; E. Figuière Ed. Paris 1937

Sources : Anthologie des poètes Quercynois contemporains de Jh. Maureille Revue Quercy imp. A Coueslant Cahors 1943 pp.102-104