Lou Parnasso del Querci

, par Marc Lagaly

Lou Parnasso del Querci

Oquos pas tout plognié dins nostré Ségola
Quond mounten ol Pendil cal tourna dovola
Otobé, d’oquel tem, fozen corra les els.
Qual plozé d’odmira un ourizoun tont bel.

Sentem rompli los léous, d’oquel ayré to pur
Qué poudez pas trouba o Poris, pel segur.
Quond bezem orriba l’ouro del desportit,
Nous domondem coussi obem tont d’opétit.

Sé tout o fet ol cap pousso qué lou tginet
Tout ol tour del Pendil vezem les costognés
Dount lo frutzo, pertout, fo primo sul mercat
Oquis marrouns d’Oyna qué soun tont réquestats.

P.Derreste

Transcripcion en grafia occitana :

Lo Parnassa del Carcin

Aquò’s pas tot planièr dins nòstre Segalar
Quand montèm al Pendilh cal tornar davalar
Atanben, d’aquel temps, fasèm carrar los èlhs.
Qual plaser d’admirar un orizon tant bèl.

Sentèm ramplir los lèus, d’aquel aire tant pur
Que podètz pas trobar a Paris, pel segur.
Quand vesèm arribar l’ora del despartin.
Nos demandam cossi avèm tant d’apetit.

Se tot a fèt al cap possa que lo ginèst.
Tot al torn del Pendilh vesèm los castanhièrs
Dont la frucha, pertot, fa prima sul mercat
Aquels marons d’Ainac qué son tant requestats.

Le Parnasse du Quercy

Ce n’est pas tout plat dans notre Quercy
Quand nous montons au Pendil il faut redescendre.
Aussi, pendent ce temps là, on fait plaisir aux yeux.
Quel plaisir d’admirer un horizon aussi beau.

Nous sentons les poumons se remplir de cet air si pur
Que vous ne pouvez assurément pas trouver à Paris.
Quand nous voyons arriver l’heure du déjeuner
Nous nous demandons pourquoi nous avons autant d’appétit.

Si tout en haut ne pousse que le genet
Tout autour du Pendil, nous voyons les châtaigniers
Dont le fruit, partout sur le marché emporte les suffrages.
Ces marrons d’Aynac qui sont si appréciés.