L’our pescadou

, par Marc Lagaly

Lou reynal es counegut per èstre friand de poulets ; abéz aqui perque dins nostre pays de Quèrcy, lou noum de Croco-Poulo li es estat dounat. l’y a des pays ound aquel quatre-patos es òupligeat de se passa de lo car de curé, perçoque noun gna gaire, é mangeo ço que trobo. Per esemple, en Lapounïo ound se mangeo prèsque que del peissou, un jour nostre renard n’abio raubat un, é lou pourtabo à lo bouco per l’ana croustilha dins so croso, à soun aise. Rancountrèt un our que sério pas estat fachat d’èstre coubidat à ne tasta ’n boucinou ; mès se countentèt de domanda al croco-poulo couci l’y se prenio per atrapa lou peissou :
"Es pas defecille l’autre li respound, n’as qu’à te sèire al bord de lo rebièro é trempa to quyo dins l’aigo , talèu que lous peissous lo te gafaroù, n’auras qu’a lo leba pel l’aire bistomen touto cargado de peissous"
L’our tardèt pas à tira lo lino d’aquel biai ; é trempèt talomen soun tourcou que, à lobiso d’atrapa lou peissou, s’atrapèt el-mêmo, car l’aigo benguèt à se geala, é lou paure diable, un pauc de mai, n’aurio pus pougu se derroiga d’aqui. Pourtan se salbèt, més l’y perdèt un boun pauc de so quouo.
Aqui perque, siban moun idèio, lous ours l’au tant courto.

Mouralo . Cal pas se daissa couyouna, fauto de boun sens

Armona Quèrcynouès per l’annado 1893 - Cahors - J.Girma/Paris - chez l’auteur 1893

Traduction : Claude Vertut

L’Ours « Pescadou » (1)

Le renard est connu pour être friand de poulet ; voila pourquoi le nom de croque-poules lui a été donné dans notre pays du Quercy. Lequel quatre-pattes est obligé de se passer de la « chair de curé », parce qu’il n’y en a guère et mange ce qu’il trouve. Par exemple en Laponie où il ne se mange guère que du poisson, un jour notre renard en avait volé un et le portait dans la gueule pour aller se le croquer dans sa tanière, à son aise. Il rencontra un ours qui n’aurait pas été fâché d’être convié à en gouter un petit peu ; mais il se contenta de demander au croque-poules comment il s’y prenait pour attraper le poisson :
« — Ce n’est pas difficile, lui répondit l’autre, tu n’as qu’à t’assoir au bord de la rivière et tremper ta queue dans l’eau. Aussitôt que les poissons te la mordront tu n’auras qu’à la lever en l’air rapidement toute chargée de poissons ».
L’ours ne tarda pas à tirer la « ligne » de cette façon ; et trempa tellement son bout de queue, qu’au lieu d’attraper le poisson, il s’attrapa lui-même car l’eau vint à se geler et le pauvre diable, d’un peu plus n’aurait pu s’arracher de là. Pourtant il se sauva mais il y perdit un bon bout de sa queue.
Voila pourquoi, selon mon idée, les ours l’ont aussi courte. Moralité, Il ne faut pas se laisser couillonner faute de bon sens.

Tiré de l’almanach quercynois pour l’année 1893 – Cahors – J. Girma / Paris – Chez l’auteur 1893.
(1) : petit pêcheur

illustration de Christian Faure
https://www.facebook.com/FaureIllustrateur/