Al Carcy d’Auguste Sahuc

, par Marc Lagaly

Al Carcy

sonnet

Yo, té boli canta dins ta lengo poulido ;
Sorré dèl prouvençàu, glorio des troubadous,
Qu’a la douçou dél mèl, lou perfum dé las flous.
E qué dempèï lou brés mé sémblo bénézido.

Dis pla caùzos al cur, es ma lengo caùzido,
Mé counto del país lou passat glourious ;
D’estré éfan del Carcy mé sentí plà gaùjous
E souy fier dé Marot l’amic de Margarido.

Terro des abanciès ! L’Où doun portos lou noum
A bist sus Coù plana lou grand rénoum ;
Tous drolés, abéùrats d’un bi ensoursilhaïré,

An satsut afrounta la mort dins lous coumbats,
E’per salba l’ounou dé la Franço lour maïré,
A l’oumbro dél drapèù, en bravés soun toumbats !

Tiré de Divona nº8 – mars 1927 p.40

Traduction :

Au Quercy

Moi, je veux te chanter dans ta langue jolie ;
Sœur du provençal, gloire des troubadours,
Qui a la douceur du miel, le parfum des fleurs
Et qui depuis le berceau me semble bénit.

Elle dit bien des choses au cœur, c’est ma langue choisie
Elle me raconte du pays le passé glorieux ;
D’être enfant du Quercy je me sens très joyeux
Et je suis fier de Marot l’ami de Marguerite.

Terre des aïeux ! Le Lot dont tu portes le nom,
A vu toujours sur Cahors planer le grand renom ;
Tes enfants, abreuvés d’un vin ensorceleur,

Ont su affronter la mort dans les combats,
Et pour sauver l’honneur de la France leur mère,
A l’ombre du drapeau, en braves sont tombés !

Auguste Sahuc

Photo : Castelnau-montratier.fr