Efet de nèu - Pichouno noubèlo Carcineso per J.B. Rouquet

, par Marc Lagaly

EFET DE NEU

PICHOUNO NOUBELO CARCINESO

A mi querida nuera Carlota Rouquet.

Jalo o pèiros fendre. Lo biso buffo destermenado è fo biroula dins l’aire de pelouquets de neù jolado. L’i o pas un cat deforo. Lus rontiès, lus urousés de lo bido, en raubo de crombo, pincats dorrès los finèstros de lours solouns plo colfats, ogachou sourisents s’espondi loung, plo loung, lou pesuc e frechelut topis de lo misèro.
Sur lo grondo plaço désèrto, en faço de lo grilho de lo bièlho cosèrno, uno fenno, joubo enquèro, bestido dé pétasses, se ten ocoucoulado, ombé dous moinochous espeilhonsats, dorrès soun bonc gorrèl, ound o pôuzat un descounet dé poumos. Touchés très s’escôudurou lus déts o lo colour d’un calfo-pès de tèrro, que l’estomou, un brabe ome, ben de lour pourta clôuffit de braso. — Lou coumèrce bo pas. Lus troupiès bebou d’aigo. Fo plo fret, è los poumos n’où pas bogo.
Un monobro, d’unis trente ons, sons trobal, en sondalos mitât pouiridos, coufat d’uno cosquéto de sedo, troùcado, bestit d’un coumplèt d’estiù, rougnous, fierlongous, desquissat, s’obanço ogrupit, los douos mos dins los pochos. Ben croumpa beleù ?... Nani... N’o pas un ordit. S’oprocho pessomentous, è dis : « Te calfès dounc, Bernodéto, è bàutrés tobés, pichous... Tont milhour ! Obès oqui un boun fiot, cal lou bous o boilhat ? — L’estomou, respound lo fenno. — O ! lou brabe ome... m’en soubendrai !... N’ai rés troubat, sabés. Lo migro è lo tolon me rouzicou l’âmo. Se n’èro pas per bàutrés, moun coumpté sério lèu réglât ! — O ! Bernodou, moun omit, t’enprègui, o dous jinouls, per tu, per ièu, per guelses oqui, que serioù sons paire, prend pocienço. Bai, tout o so fi. Lou malur s’olossoro de nous truca. Diù que bei tout, o pietat des malurousès, e nous oùblidoro pas. — De pocienço, n’ai dempèi quatre mesés. Cal monja pr’ocos. Lus boulongès bolou plus presta e zou sabès m’o toujour espudit d’olounga lo mètcho auno. Doumo coldro poga lou trimestre del lougagè. Obèn tout bendut aro, e lus ai pas lus quinze froncs que nous fou obriga dins lou recontou d’un brescon oun lo fret, lo nèu, lo colour, lus iliaus, lou bent e lo plècho dintrou coumo chas guelsés. Lo momè s’en bo mouri, e lou proupriétari, usuriè sons cur, nous ocomporo de l’oustal... Calo bido ! Boldrio mai, cent cops, èstre golerièn. » Lou monobro lèbo lus dous pungs ol cèl. Lus moinotchous domandou de po. Bernodéto plouro, sos gremos, en toumben, fôù rechichina lo braso cendrouso.
Guel : « Mes coussi nous odouba zou me domandi ? S’obioi un mestiè. Mes lo misèro o de tout tems otucat mo fomilho. Moun paire èro monobro. Ièu, suy monobro. Lus droullets seroù monobros... Boli troboilha, iéu, suy pas un fegnan. Que me coumandou boulerai oun bouldroù... Forioi lou ciraire, podi pas croumpa lus utissés, lo coisseto, lou sélou...Ai boulgut èstre foyssiè, lus autres m’ôu ocompat. Té, l’i o mètcho oureto, boulioi mounta juscos ol quatrième d’un oustal bourgés, un ester de boès. Lo dometo me dounabo bint sos. De ressegaires m’où dit que n’èro pas moun mestiè, que lour fozioi tort. Sons poulsa, ai corgat un fays de buscos. Me sou toumbats dessus. M’où omolucat. L’osclaire, m’o troùcat lou tinc omé soun cunh de fer. Ogacho. » Lèbo so cosqueto troùcado. Entre lou tinc e l’ôurèilho gaucho, uno loungo plago bado sonnouso. Lo fenno et lus droullets poussou un crid o fendre l’âmo et plourou. Guel sousco, désespérât : « Té, so dis siaudomen, en goiten de drecho e de gaucho, coumo s’obio poù que calqu’un lou bejès ; As oqui un oreng, e siès sordinos, fai lus coïre sur lo braso. — Oun lus as troubats ? — Guel, coumo se mentissio, lus m’où dounats !... » — « Ma petite dame, donnez.-moi des pommes, pour un sou. » Otal parlo un souldat que ben de se descopa del corps-de-gardo. Lo fenno : « Merçïo, moun Diù, me bau estrena.”
Lo momè oùro soun plotet de bouilhou obon d’ona ol lèt, e beiro luzi l’olbèto de doumo. Que Diù lo nous counsérbé !... » Se signo omé lou sou. Lou monobro domando uno cigoreto de tobac de contino ol souldat que li donno tout lou poquèt. L’i o cinq jours que n’o pas fumât. Los gremos i benou os èls. Pot pas quitomen i dire : Merçio ! mes i sarro los douos mos ol brabe souldat qu’embrossorio s’oùzabo. Opèi se biro cap o so fenno : « O boun cur, oquel, lou counessi, es de lo quotrièmo del très. A ! sobat de sort ! i reboldrai lou ploze que me fo quond lou soulel luziro e que lus omeliès flouriroù ! Mes per aro, m’en bau ol founs del barri croumpa quatre liùros de po bru. Quond troboilhoren, pogoren. Lus autres bolou plus presta ! — Ope, moun omit, bais-i biste, torno leù car obén tolon... è que Diù te garde ! »
Guel, s’en bo ogrupit, toumborio de floquièro. Aro, lus rontiès, lus urousés de lo bido, dins lour sallo-o-monja, colfado o suza, s’espolancou dins lour foutul, dobon uno taulo coupiousomen serbido e pensou pas o los doulours escouzentos des paurés ountousés. Sur lo grondo plaço lou joubé troupiè croco sos poumos dorrès lo guerito. Lo fenno e lus dous moinotchous tremolou de frét e mai de fom. Lou monobro, coumo’n ôuzèl perdut dins lou cèl gris, disporés, obal, ol founs del barri... Dintro dins un oustal... Torno sourti cap nut. D’omes e de fennos s’orremozou e lou tournetsou. Qu’es dounc orribat ! Bernodou es entremet dous coummissaris que benou de l’orresta dobon lo porto d’un boulonjè. Guel brossejo destermenat e serco o se descopa. Un possént, coùssat de bottos bernissaclos, en copèl naut, plegat dins un bel montèl o fourrures domando ; « Qu’a-t-il fait ? —C’est un voleur dangereux ! — Serrez-le bien, et coffrez-le pour longtemps, on n’est jamais assez sévère pour ces gredins-là. — Soyez tranquille, Monsieur, il en aura pour son compte. »
Beiro pas flouri lus omelliès lou monobro... Mes tobés, oquel gus ! pusque sobio que tout se pago, que lo coritat es sourdo souben, e que l’èl de lo justiço, beilho net e jour sur lo pocondailho, perqué ponabo un oreng, de sordinos o l’estollage de l’epiciè, e quatre liùros de po bru per guèl è lus sèus qu’èrou odolits ?
Qui pano un ioù, pano un bioù. Tobés, un gorçou de 1’éspiciè l’obio segut, denounçat, è lo justiço obio fat soun debér. Cal sap tout so qu’oùrio ponat oquel estourqur de l’ogonimen...
Lou bel possént, o bottos bernissados, es dintrat ol grond otel de l’Embossado. En soupen counto lo terriblo noubèllo : « On vient d’arrêter sous mes yeux, un redoutable voleur, doublé d’un monstrueux assassin ! » — L’ossistenço s’estrementis de poù ! Lou monobro es trigoussat, ogonit, omolucat, los poucetos os déts ol Costèl-de lo-Codeno. Aro, e toujour, so fomilho, sous omits, l’opelarou : « Boulur ». Otal es lo bido : lus uns, bibou dins l’opulencio. Dormou dins l’or, la sedo, lou belours. Lus autres, sons obrig, sons po, s’orréstou, espoùrits, dobon lus dous comis de lo poùrièro, del desounour, é, butats per lo fotolitat sus lo routo del desespoèr olucou un plotat de corbou, se penjou, ou se boù nega. Quond lou paure, sons trobal, o tolon, se n’aouso pas mondià cal que sache mouri de fom !
Jalo o pèiros fendre. L’i o pas un cat deforo. De pelouquets de nèu coumo lus porpoilhols jolats de l’ibèr biroulejou dins l’aire. Lo biso destermenado lus ocampo en buffen sos fredos olenados, è fo clica lou dropèu fronjous et destintat que floto ol naut de lo tourré de lo bièlho cosèrno. Uno boulado de gors, sinné de malur, raïo de nègre lou cél enniboulat, d’uno coulour de gris de ploumb. Lo morchando de poumos è lus dous moinochous espèrou lou po que diù lour pourta lou monobro.
Bendro pas !... Uno fenno del barri, poùresso, espeilhonsado, s’obanço del bonc e dis d’uno boès pietodouso : « Bernodéto, bous planchi, bendrés coucha chas ièu... N’obès pas besoun d’espera bostre paure ome. L’où orrestat, pus tard soùrès perquè... Coumo se reboultabo ai bis que lou trigoussabou ol costèl ! » Lo morchando de poumos s’espolanco, reto, estobonido. En toumben o trucat lou guin del peirou et de soun crâne, espoutit, fendilhat, que bado, se descampou dous rojols de song. Lus droullets o jinouls lo poutounejou, e plourou e lo cridou d’un toun que fo doldré lou cur.
Guelo, lus entend pas. Poùrets, beleù seroù ourfonèls, pecaire. Nou ! Diù zou bol pas car o ploçat d’anges sur lo terro. Uno grondo damo soylado dins so loungo manto de belours, lou cap plegat d’un loung crespé de dol s’obanço siaudomen des moinochous, que poutounejo, e dis o lo poùresso del barri que souègno lo maire mourento : « Maltro, ai tout bis, sabi tout, bous counnessi, e sabi que podi coumpta sur bous. Boli pas qu’oquelo pauro malurouso angue o l’espital. Fozès-lo pourta chas guelo. Boulas, se zou cal, chas touches lus médicis de lo billo e que li donou lus soèns que reclamo soun triste estât. Prenès oco. E tolèu un pugnat de pèços d’or tintèt, en luziguen, sul coutilhou crossous è trôucat de lo pôuresso. Quond os moinochous, ojustèt lo damo, dins uno ouréto lus menores chas ièu, et se Diù es lour paire, serai urouso de lour serbi de maire. »
— Mes, Modamo, bous counnessi pas ièu. — Olèro lo damo de so moneto finomen gontado li pôuzèt sur lo faudo uno poulido carto sotinado oun soun noum èro grobat ol dèjous d’uno courouno o cinq broncos. « Moun Diù que besi ieù, cridét lo fenno : Modamo lo Morquiso Roso de Mountc... — Mes tolèu lo damo poùzet soun détou sur so bouqueto per i coummonda lou silenço, e coumo s’obio ochut d’alos, loùjero coumo’n ongèl disporeguèt dins l’oumbro sons presque bé doïssa sur lo routo orjentado lo piado de sous penous.
Qu’es bèllo lo coritat, qu’es douço e santo, quond rescoundudo jous lou bouèlo de lo moudestïo semeno l’or sons coumpta, e canjo los doulours en joios en los orrousen, ô rousado benezido, de los tendros gremos de lo bountat.
Lus moinotchous sioguerou pas ourfonèls. Lo paouro maire gorisquèt e fousquèt urouso, ol bras dé soun Bernodou, de tourna beire flouri lus omelliès... L’ibèr es tournât. Lo net tombo siàudomen.
Loung, plo loung, tout es blonc de neù, mes lus malurousés, que plourèrou onton, aro benezissou Modamo lo Morquiso Roso de Mountclar.

Cahors, 12 juillet 1897.

Traduction :

Effet de neige

A ma chère bru Carlota Rouquet

Il gèle à pierre fendre. La bise souffle déterminée et fait virevolter dans l’air des flocons de neige gelée. Il n’y a pas un chat dehors. Les rentiers, les heureux de la vie, en robe de chambre juchés derrière les fenêtres de leurs salons bien chauffés, regardent souriants s’étendre loin, très loin le lourd et frileux tapis de la misère.
Sur la grande place déserte, en face de la grille de la vieille caserne, une femme, jeune encore, vêtue de chiffons, se tient accroupie, avec deux jeunes enfants en haillons derrière son étal boiteux, où elle a posé un corbillon de pommes. Tous trois se réchauffent les doigts à la chaleur d’une chaufferette, que l’étameur, un brave homme, vient de leur porter plein de braise. – Le commerce va mal. Les soldats boivent de l’eau. Il fait très froid, et les pommes ne sont pas en vogue.
Un manœuvre, d’environ trente ans, sans travail, en sandales à moitié pourries, coiffé d’une casquette de soie, trouée, vêtu d’un complet d’été, miteux, effiloché, déchiré s’avance frigorifié, les deux mains dans les poches. Il vient acheter peut-être ?... Non… Il n’a pas un sou. Il s’approche soucieux, et dit : « Tu te chauffes donc Bernadette, et vous aussi les petits… Tant mieux ! Vous avez là un bon feu, qui vous l’a donné ?- L’étameur, répond la femme – Oh ! Le brave homme ! … Je m’en souviendrai ! Je n’ai rien trouvé vous savez. La misère et la faim me rongent l’âme. Si ce n’était pas à cause de vous, mon compte serait vite réglé ! Oh ! Bernard, mon ami, je te prie à genoux, pour toi, pour moi, pour eux ici qui seraient sans père, prend patience. Va tout à une fin. Le malheur se lassera bien de nous poursuivre. Dieu qui voit tout, à pitié des malheureux, et ne nous oubliera pas. – De la patience j’en ai depuis quatre mois. Il faut manger pourtant. Les boulangers ne veulent plus prêter et tu le sais cela m’a toujours déplu de tendre la main. Demain il faudra payer le trimestre du loyer. Nous avons tout vendu désormais, et je ne les ai pas les quinze francs qui permettent de nous abriter dans un recoin où le froid, la neige, la chaleur, les éclairs, le vent et la pluie rentrent comme chez eux. La grand-mère est mourante, et le propriétaire usurier sans cœur, nous chassera de la maison… Quelle vie ! Il vaudrait cent fois mieux être galérien » Le manœuvre lève les deux poings vers le ciel. Les petits enfants demandent du pain. Bernadette pleure, ses larmes en tombant font grésiller la braise cendreuse.
Lui : “Mais comment nous débrouiller je me le demande ? Si j’avais un métier. Mais la misère à de tous temps frappé ma famille. Mon père était manœuvre. Moi, je suis manœuvre. Les enfants seront manœuvres… Je veux travailler, moi, je ne suis pas un faignant. Que l’on me commande j’irai où ils voudront… Je deviendrai bien cireur, je ne peux pas acheter les outils, la caisse, le tabouret. J’ai voulu être portefaix, les autres m’ont chassé. Tiens, il y’a une petite demi-heure, je voulais monter un stère de bois. La petite dame me donnait vingt sous.
Des bucherons m’ont dit que ce n’était pas mon métier, que je leur faisais du tort. Sans rien dire, j’ai chargé un fagot de buches. Ils me sont tombés dessus. Ils m’ont assommé. Le refendeur de bois m’a troué la tempe avec son coin en fer : Regarde. » Il lève sa casquette trouée. Entre la tempe et l’oreille gauche, une longue plaie bée sanguinolente. La femme et les enfants poussent un cri à fendre l’âme et pleurent. Lui songe, désespéré : « Tiens, dit-il doucement, en épiant à droite et à gauche, comme s’il avait peur que quelqu’un le voit. Tu as la un hareng, et six sardines, fais les cuire sur la braise. – Ou les as-tu trouvés ? – Lui, comme sil il mentait, on me les a donnés !... » — « Ma petite dame, donnez-moi des pommes, pour un sou. » Ainsi parle un soldat qui vient de s’échapper du corps-de-garde. La femme : « Merci, mon Dieu, pour ce cadeau »
La grand-mère aura son bol de bouillon avant d’aller au lit, et verra luire l’aube de demain. Que Dieu nous la conserve !... » Elle se signe avec le sou. Le manœuvre demande une cigarette de tabac de troupe au soldat qui lui donne tout le paquet. Cela fait cinq jours qu’il n’a pas fumé. Les larmes lui viennent aux yeux. Il ne peut même pas lui dire merci, mais il serre les deux mains du brave soldat qu’il embrasserait s’il osait. Et puis il se tourne vers sa femme : « Il a bon cœur, celui-ci, je le connais, il est de la quatrième du trois. Ah ! Coquin de sort ! Je lui revaudrais le plaisir qu’il me fait quand le soleil luira et que les amandiers fleuriront ! Mais pour le moment je m’en vais au fond du faubourg acheter quatre livres de pain brun. Quand nous travaillerons, nous payerons. Les autres ne veulent plus prêter ! Oui, mon ami, vas-y vite, reviens vite car nous avons faim... e que Dieu te garde ! »
Lui, s’en va recroquevillé, il tomberait presque de fatigue. Maintenant, les rentiers, les heureux de la vie, dans leur salle-à-manger, chauffée à en suer, s’affalent dans leur fauteuil, devant une table copieusement servie et ne pensent pas aux douleurs cuisantes des pauvres honteux. Sur la grande place le jeune troupier croque ses pommes derrière la guérite. La femme et les deux jeunes enfants tremblent de froid et même de faim. Le manœuvre, comme un oiseau perdu dans le ciel gris, disparait, là-bas, au fond du faubourg… Il entre dans une maison… Il ressort tête nue. Des hommes et des femmes se rassemblent et l’encerclent. Qu’est-il donc arrivé ! Bernard est entre deux commissaires qui viennent de l’arrêter devant la porte d’un boulanger. Lui, gesticule déterminé et cherche à s’échapper. Un passant, chaussé de bottes vernies, en chapeau haut-de-forme, drapé dans un grand manteau à fourrures demande : « Qu’a-t-il fait ? — C’est un voleur dangereux ! — Serrez-le bien, et coffrez-le pour longtemps, on n’est jamais assez sévère pour ces gredins-là. — Soyez tranquille, Monsieur, il en aura pour son compte. »
Il ne verra pas fleurir les amandiers le manœuvre… Mais aussi, ce bougre ! Puisqu’il savait que tout se paye, que la charité est souvent sourde, et que l’œil de la justice, veille nuit et jour sur les culs-terreux, pourquoi volait-il un hareng, des sardines à l’étal de l’épicier, et quatre livres de pain bis pour lui et les siens qui étaient affamés ?
Qui vole un œuf, vole un bœuf. Aussi un commis de l’épicier l’avait suivi, dénoncé, et la justice avait fait son devoir. Qui sait ce qu’aurait volé cet extorqueur de la famine…
Le beau passant, aux bottes vernies, est entré au Grand Hôtel de l’Ambassade. En soupant il raconte la terrible nouvelle : « On vient d’arrêter sous mes yeux, un redoutable voleur, doublé d’un monstrueux assassin ! » — L’assistance tressaille de peur ! Le manœuvre est embarqué, affamé, assommé les menottes aux poignées au Château-de-la-Chaine. Maintenant, et à jamais, sa famille, ses amis l’appelleront : « Voleur ». Ainsi est la vie. Les uns, vivent dans l’opulence. Dorment dans l’or, la soie, le velours. Les autres, sans abri, sans pain, s’arrêtent, apeurés, devant les deux chemins de la pauvreté, du déshonneur, et, poussés par la fatalité sur la route du désespoir allument, un plat de charbon, se pendent, ou vont se noyer. Quand le pauvre, sans travail, a faim, s’il n’ose pas mendier, il faut qu’il sache mourir de faim.
Il gèle à pierre fendre. Il n’y a pas un chat dehors. Des flocons de neige comme les papillons gelés de l’hiver virevoltent dans l’air. La bise déterminée les poursuit en soufflant ses bouffées froides, et fait claquer le drapeau effrangé et délavé qui flotte en haut de la tour de la vieille caserne. Un vol de corbeau, signe de malheur, raye de noir le ciel couvert, d’une couleur de gris de plomb. La marchande de pommes et les petits enfants attendent le pain doit leur porter le manœuvre.
Il ne viendra pas !... Une femme du faubourg, pauvresse, dépenaillée, s’approche de l’étal et dit d’une voix pleine de pitié : « Bernadette, je vous plains, vous viendrez coucher chez moi… Vous n’avez pas besoin d’attendre votre pauvre homme. Ils l’ont arrêté, plus tard vous saurez pourquoi… Comme il se révoltait j’ai vu qu’ils le trainaient au château ! » La marchande de pommes s’étend de tout son long, raide, évanouie. En tombant elle a cogné l’angle du banc de pierre et de son crâne, abîmé, coupé qui bée, coulent deux jets de sang. Les petits enfants à genoux l’embrassent, et pleurent et l’appellent d’un ton qui fait mal au cœur.
Elle, elle ne les entend pas. Pauvres petits, peut-être seront-ils orphelins. Non ! Dieu ne le veut pas car il a placé des anges sur la terre. Une grande dame vêtue d’un long manteau de velours, la tête recouverte d’un long crêpe de deuil s’avance doucement des petits, qu’elle embrasse, et dit à la pauvresse du faubourg qui soigne la mère mourante : « Marthe, j’ai tout vu, je sais tout, je vous connais, et je sais que je peux compter sur vous. Je ne veux pas que cette pauvre malheureuse aille à l’hôpital. Faites la porter chez elle. Allez vite, s’il le faut, chez tous les médecins de la ville et qu’ils lui donnent les soins que réclame son triste état. Prenez ceci. Et aussitôt une poignée de pièces d’or sonna, en luisant, sur le jupon crasseux de la pauvresse. Quant aux enfants, ajouta la dame, dans une petite heure vous les amènerez chez moi, et si Dieu est leur père, je serais heureuse de leur servir de mère. »
̶ Mais, Madame, moi je ne vous connais pas. – Alors la dame de sa petite main finement gantée lui posa sur les genoux une jolie carte satinée où son nom était gravé au dessous d’une couronne à cinq branches. « Mon Dieu, que vois-je, cria la femme : Madame la marquise Rose de Montc… - Mais aussitôt la dame posa son doigt sur sa bouche pour lui commander le silence, et comme si elle avait eu des ailes, légère comme un ange elle disparu dans l’ombre sans presque laisser sur la route argentée l’empreinte de ses pas.
Qu’elle est belle la charité, qu’elle est douce et sainte quand cachée sous le voile de la modestie elle sème l’or sans compter, et change les douleurs en joies en les arrosant, oh ! rosée bénite, des tendres larmes de la bonté.
Les jeunes enfants ne furent pas orphelins. La pauvre mère guérit et fut heureuse, au bras de son Bernard, de revoir fleurir les amandiers… L’hiver est revenu. La neige tombe doucement.
Loin, très loin, tout est blanc de neige, mais les malheureux, qui pleurèrent l’an passé, aujourd’hui bénissent Madame la Marquise Rose de Montclar.