La Croso

, par Marc Lagaly

La croso

Aquesté hiber, un séro, pas lén d’aissiu, fazio pas trop frét mais las brumos éron espessos, abio plégut la beilho i abio poulidoment de fango et tout ero négat.
Dins uno croso quauqués homés éron arrucats, trés fazion à la manilho, mal sétats, sus souilhés fangous, uno cuberto terrouso sus un sac démoulit, battion atouts, atouts et picos cadun soun tour et roundomen. Jougabon dé moungetos et lou diablé lous aurio pas tirats d’aquiu. A coustat, un autré pelabo de carotos, un aoutré escribio sus sous ginouls, un autré fendio dé boy et un aoutré qu’abio mountat un trépied sans cuyo un métal sans anso éro en trin d’aluca lou fet.
N’èro pas un pitiou trabal. Abio burlat dus journals et un brassat dé pailho et lou boy flambabo pas enquèro. Pourtant fumabo, mais fumabo coumo n’abés jamais bis fuma.
Déforo, lous homés anabon et bénion, un pourtabo d’aigo, l’autré dé poumos dé terro, l’autré un rouilhet dé pin qué pésabo may qué del. Un autré gueitabo lou tén : un soulidé del Carci, grand, magré barbut, lous piels louns et lous cécéls éspés, lou képi fangous et la capoto terrouso, un poilu coumo disount lous qué cresoun dé parla francés.
Lou mati, atal, chez nous aus, pér sabé so qué poudén fa, ou lou sero pér sabé so qué farén douma gueiton lou tens. Escoutabo tabé et entendio cado cop, pas trop lén à quatré ou cinq cent méstrés cap à l’artillerio, lous obus des alimans qué toumbabon ét qué fazion poulidomén dé brut. Nostrés canous parlabon tabé ét n’en pot mémo diré qué la boués dés nostrés és pla mai claro, qué tindo milhou. Zan d’ailhur fei beïré dumpei ouei més dé guerro, sans counta qué zou faron beïré enquero milhou quand cadra, bien léou.
En atténdén la chimineio dé la croso n’a pas cessat dé fuma et nostré homé qué gueito tabé la terro, qué béi dins lou bos dé crosos et dé crosos, trobo uno ideïo : pren uno saco pourrido, monto sus la croso et barro lou traou !
Dedins aro fumo un pau maï ; lous manilhurs béson plus las cartos.
En atténdén la neit és arribado. Alucon uno candelo, dios, trés, pouiron las aluca toutos ! Qué s’y beiro pas !
Déforo, l’adjudant fai un tour dins lou cantounomen. Bei aquelo porto duberto et lou fun qu’i passo tout.
- Qu’est-ce que vous foutez donc !... Vous avez foutu le feu à la cagna !
Lou cousinié sort sul souilhet et en sé fretan lous els :
- Non ! mon adjudant !
- Comment non !... En tout cas, faites attention et, en attendant, fermez-moi cette porte. Vous allez nous faire repérer : les boches voient la lumière.
Cal barra la porto. Es béléu la porto duberto qué fai fuma, dis un des manilhurs, en coupan lou nau dé tréflos dambé lou rei tréziemo d’atouts.
Tout aco pot pas dura.
- Digo cousinié, ça dit un, tiro ta chamineïo ?
- Pas fort !
- Vai t’en querré de boy set, milo dious !
- A l’oustal ? n’és gayré coumodé !
Sorton touts presqué estouffats.
- M....do ! M...do ! M...do ! ....
L’autré ero partit.

A. S., du 129e territorial

L’Echo des Gourbis - Journal antiperiodique des tranchés et boyaux Organe des Troglodytes du Front. n°2 - 12 avril 1915