Lus bostidens oï Mercuésiens

, par Marc Lagaly

Lus bostidens oï Mercuésiens

Solut

Citouyens dé Mercuès, naoutrés o Lobostido,
Oben plumat un gal, molaou dé lo pepido ;
Et quand sès bis toundut,
Olèro es descendut
O Mercuès ; bous mondia, pourtant dé fa lo festo,
Uno plaço ol counsel ; Mais ocos uno besto
Qué baoutré l’y forès.
Nous cal neglitza res
Per l’enterra pertout ; oïcis omaï obal
Car trouborès digun, misson coumo quel gal.
Un tzour, nous obio fat, sans rimo ni rosou
Counduré lus tzuïnomés jusquos en prisou
Pas lounten, car, bien léou, Modamo lo Justiço,
Lus foguet j delorga, counéguen so moliço
Tenes, boulés counestré so Froternitat ?
Otzas, cal bous boulio fa tira lou tobat ?
Cal obio, dénounçat, per moliço, per ruso,
Lou brabé et digne effon, qué gardo bostr’écluso ?
Disou qu’ol cofé s’en baï
Cado ser, mais qué tzomaï
Nou prendrio cat dé beyrou
Car es un rété grigou.
L’aoutré hiber, quand nebetzabo
Quand obio to fort tzolat
Un paouré on l’artzen y onabo
Per y croumpa un sat de blat :
"Besi bé bostro miséro,
"Moun omit, l’y respoundait
"Mais lou bendi pas enquéro."
Lou paouré se retirait
En criden : "Ah ! salé ritzé
"Un co sério pas to tzitzé ;
"Mais, se tu n’as pas dé cur
"Oppren, qué sen électur
"Quand bendro lou mes de maï
"De tus, yeou mé soubendraï."
Borbut et cat plumat, cado tzour et dimentzé,
Lou besés possetza crossous coumm’uno pentzé ;
Tallomen que quand siés din lo coumbo del loup
D’oïcis o soun fumet dirias senti lou bouc.
Se crey un grand soben, tant qu’un Maistre d’escolo,
Ombé soun riban bert, del Mérite Agricolo ;
Et pourtant, nous sat rès, pas maï qu’uno bourriquo,
Bien qué l’atzou noumat membré dé lo fabriquo.
Certo d’un grond poys ; obal o Lorroutzello !!!
D’oun boulio fa porti lo digno Doumoïsello.
Citouyens dé Mercués,
Riguessés pas enquèro :
Léou o lo poussessiou, pourtoro lo bognèro
Ossetat d’in lou bon, boïlloro lo condello
Omaï se l’enbitas, bendro tzas Morgoutello,
Et lustros et cibet, lou noubel fobricien,
Zengouloro to bien qu’un Académicien.
Nostré gal citouyens né péso maï de 100
O lou bentré trop gros mais pas prou de bounsen
Per fa, coumo boudrias un brabé Counsillé
Car sé l’on nou pot pas orriba Bachilié
Omen diables cal pas pourtant estré testut,
Ni crossous, ni misson, ni traïté, ni fourbut
Aoutroment tzut
Sérès toundut
Tant que siesses bourrut.
Malgret bostré renfort, malgré bostro couméro
Mercuès counserboro soun Adjoint et soun Mairo
Et bous, espeloufit
De ratzo, de d’espiet, omossorez lus restos
Et poudrez, o Poris, fa lou mertzan de bestos
Tiras né boun proufit.
De l’ours qué n’es pas mort, bendesses plus lo pel
Portez et tournez plus - bous lébi lou copel.
Omits, besès o cal, nostro fablo s’oppliquo,
Boutas sans pur, et pey : Bibo lo REPUBLICO.

Un poysan de lo Mountagno

Photo : https://media-cdn.tripadvisor.com/media/photo-s/10/64/4f/86/chateau-de-mercues-1.jpg